CAN 2023 : Ce geste très éloquent des Léopards de la RDC durant l’hymne national face à la Côte d’Ivoire (Vidéo)

Neuf ans après leur dernière rencontre en demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations, les fauves congolais défiaient les Éléphants de la Côte d’Ivoire, pays-hôte de cette 34ᵉ édition, pour une place en finale. Cette opposition s’est déroulée dans un contexte particulièrement marqué en RDC.

Alors que des affrontements violents secouent l’Est du pays, avec les rebelles du M23, causant des pertes humaines et des exactions, les Léopards ont choisi de marquer leur engagement de manière significative. 

Sous l’impulsion de Cédric Bakambu, attaquant emblématique des Léopards, qui a récemment souligné l’absence de couverture médiatique de ce conflit sur les plateformes numériques et internationales, l’équipe nationale a décidé de faire entendre sa voix de façon percutante. 

Pendant que retentissait l’hymne national au stade d’Ebimpé, les joueurs congolais, arborant un brassard noir, ont uni leurs mains en signe de silence, une main sur la bouche et l’autre formant un pistolet pointé vers leur tempe, dénonçant ainsi les violences en cours. Ce geste symbolique, diffusé à l’échelle mondiale, véhicule un message fort contre ces atrocités.

Une communication réussie pour les Congolais à l’ère de l’interconnexion et de la mondiovision.

Battu (1-0) suite au but de l’attaquant Ivoirien Sébastien Haller, buteur sur une reprise initiale ratée qui a finalement lobé le gardien Lionel Mpasi (1-0, 65ᵉ), la RDC devra désormais tourner la page, viser le bronze et finir sur la troisième marche du podium, telle est la mission future des fauves de la RDC après leur première défaite dans cette CAN.

Face à l’Afrique du Sud, les congolais ont une expérience avérée en quête de la médaille de bronze. Si, lors de la première tentative en 1972 face au Cameroun, les Léopards avaient été battus, lors de deux autres petites finales disputées, la RDC l’a toujours emporté à chaque fois aux tirs au but 1998 face au Burkina Faso après un match fou (4-4), puis en 2015 contre la Guinée Équatoriale.

NGK 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *