Afrique du Sud. Arrestation de Nosiviwe Mapisa-Nqakula la présidente de l’Assemblée nationale

Selon cette dernière, l’arrestation a eu lieu lorsque la fonctionnaire s’est rendue au poste de police.

Le 19 mars, des enquêteurs ont perquisitionné le domicile de Mme Mapisa-Nqakula dans le cadre d’allégations de corruption, et des documents ont été saisis. La présidente est accusée d’avoir reçu des millions de rands en espèces comme pots-de-vin de la part d’un fournisseur de services pendant son mandat de ministre de la Défense (2012-2021). Elle nie toutes ces allégations.

Mme Mapisa-Nqakula a saisi la Haute Cour de Gauteng à Pretoria, a rapporté le portail d’information local News 24.

« Je suis une personne âgée et les tentatives de me placer en détention provisoire pour des raisons qui n’ont rien à voir avec moi constituent une menace pour ma santé et ma vie », a-t-elle déclaré dans les documents déposés.

La présidente demande à la Cour d’interdire aux fonctionnaires chargés de l’enquête de l’arrêter en vertu des articles 40 ou 43 de la loi 51 de 1977 du code pénal. Ces articles font référence à la détention d’une personne accusée sur la base d’un mandat d’arrêt. Elle demande également que les enquêteurs rencontrent d’abord ses avocats.

Avec Cameroun24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *