Page d’histoire: Mort de Christophe Gbenye !

L’ancien leader  rebelle Christophe Gbenye est mort dans la nuit du 2 au 3 février 2015 à Kinshasa.Si ce nom ne dit plus grand-chose aux jeunes, nombreux sont ceux dont ce nom rappelle  des souvenirs amers. Ancien proche de Patrice Lumumba, Christophe Gbenye  avait  occupé les fonctions de ministre de l’intérieur au sein du 1er gouvernement  du Congo Indépendant. Après l’assassinat de Patrice Lumumba, il s’est retrouvé à la tête de la Rébellion à Kisangani. Ressortissant de Buta comme Nendaka, il fut son beau- frère , avant de devenir son féroce adversaire politique.Selon les informations glanées dans la presse  il y a quelques années, son fils avait épousé la fille de l’ancien président Ivorien Félix  Houphouët-Boigny.Ne disposant pas assez de temps , nous  vous invitons à lire sa biographie réalisée par Ikonga Wetshay de Sankuru Forum ainsi qu’une fiche réalisée par RFI

Les chefs rebelles en 1964 à Kisangani

Les chefs rebelles en 1964 à Kisangani

C’était un ancien compagnon de l’ancien Premier ministre Patrice Lumumba, mais aussi un chef rebelle que certains qualifient de sanguinaire. Christophe Gbenye, décédé dans la nuit de lundi à mardi, était à la tête de la rébellion de Stanleyville, aujourd’hui Kisangani. La rébellion des Simbas, décrétée après l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, avait occupé une grande partie de la RDC au début des années 60.A quiconque voulait connaître son âge, Christophe Gbenye n’avait qu’une réponse : « Je suis né vers 1929. Mon père m’avait déclaré à l’état civil alors que j’avais déjà atteint un certain âge ». Le destin l’avait mis sur la route de Patrice Emery Lumumba, et avec d’autres amis, ils avaient fondé le Mouvement national congolais. En 1960, à l’accession du pays à l’indépendance, Christophe Gbenye fut nommé ministre de l’Intérieur.Après l’arrestation suivie de l’assassinat en 1961 au Katanga du Premier ministre Lumumba, Christophe Gbenye et d’autres partisans du Premier ministre décidèrent de gagner Stanleyville, aujourd’hui Kisangani, ville d’où ils avaient décrété la République populaire du Congo dont Christophe Gbenye fut le président. Cette rébellion Simba avait occupé une grande partie du territoire congolais, jusqu’à son écrasement en 1964.Ce fut alors l’exil pour Christophe Gbenye. A la faveur d’une amnistie décrétée par le président Mobutu, lui et ses autres compagnons purent regagner le pays vers les années 70. Devenu homme d’affaires, l’ancien rebelle a continué à diriger le Mouvement national congolais Lumumba, jusqu’à sa disparition.RFI   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *