Le livre de la semaine: LES BLANCS PEUVENT DANSER AUSSI de l’écrivain angolais Kalaf Epalanga


LES BLANCS PEUVENT DANSER AUSSI de l’écrivain angolais Kalaf Epalanga, et traduit du portugais par Daniel Hahn, est un premier roman exaltant raconté à travers trois voix différentes.

Le livre est la réflexion et la célébration de Kalaf Epalanga sur la musique de son pays natal, l’entrelacement des racines culturelles, de la liberté et de l’amour.

Comme le dit le protagoniste du livre : « Il a fallu que j’aie été arrêté à une frontière sans papiers appropriés pour que je réalise que j’avais toujours été une sorte de prisonnier. Kuduro avait été mon passeport pour le monde, grâce à lui j’avais voyagé dans des endroits que je n’avais jamais rêvé de visiter. Mais les poules étaient rentrées se percher.»

Son histoire est celle d’un genre musical, le kuduro, une forme fulgurante et énergique imprégnée de messages sociaux et politiques.

Il s’agit également de Sofia, une portugaise blanche au cœur de la scène de la danse lisboète, qui accepte d’épouser Kalaf pour l’aider à obtenir un passeport européen.

Le livre est disponible sur Amazon.com.

Avec PAWA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *