Afrique du Sud: dernier adieu à Desmond Tutu à la cathédrale St George du Cap

Il
Mpho Tutu près du cercueil de son père, Desmond Tutu, dans la cathédrale St George du Cap le 1er janvier 2022. Jennifer BRUCE AFP/File

Ce samedi 1er janvier l’Afrique du Sud a fait ses adieux à Desmond Tutu. Les obsèques de l’archevêque se sont déroulées à la cathédrale anglicane St George du Cap. PUBLICITÉ

Avec nos correspondante et envoyée spéciale au CapClaire Bargelès et Gaëlle Laleix

Après une semaine d’hommages, de messes, de cérémonies interreligieuses, et de recueillements, il était temps pour les Sud-Africains de laisser partir l’homme à la robe pourpre. Le prix Nobel de la paix s’est éteint dimanche 26 décembre à l’âge de 90 ans et un dernier hommage lui a été rendu à la cathédrale St George du Cap ce samedi 1er janvier 2022. Un lieu symbolique puisque c’est au sein de cette cathédrale qu’il a officié en tant que premier archevêque anglican noir, et c’est de là que sont parties de nombreuses marches de protestation contre le régime de l’apartheid.

Des funérailles tout en sobriété

Il pleuvait des cordes ce samedi matin au Cap, ce qui a fait dire à un agent chargé de la sécurité des obsèques que les anges pleurent Desmond Tutu. La ville du Cap avait néanmoins installé un écran géant pour permettre aux gens de suivre la cérémonie de deux heures – les réseaux sociaux ont également été mobilisés –, mais ils ont été peu nombreux à braver les intempéries. « C’est triste, nous a confié David, Desmond Tutu était un homme du peuple, il aurait aimé la foule, mais nous sommes réunis par nos prières. »

Mcena Malindi est venu de Johannesburg. Il tenait à faire le déplacement, même s’il ne peut entrer dans la cathédrale :« Quand Mandela a été libéré en 1990, il a fait sa première déclaration à la cathédrale Saint Georges de Desmond Tutu. Puis il y avait tellement de monde, qu’il est venu ici, sur cette place pour s’adresser aux gens. Donc, être ici, c’est aussi bien que d’être dans la cathédrale elle-même. »

Sur le visage d’Andile Zaninfula une larme coule, rapidement cachée par le masque chirurgical. Être sur cette place fait remonter bien des souvenirs. « J’ai fait partie du premier groupe de détenus libérés de Robben Island, après Nelson Mandela. Et Desmond Tutu nous a accueillis chaleureusement. La plupart des gens pensaient que nous étions des criminels, mais lui savait que c’était faux, que nous combattions le système de l’apartheid »

Le Cap, Afrique du Sud: c’est sous une pluie battante que les Sud-Africains rendent un dernier hommage à Desmond Tutu ce 1er janvier 2022. REUTERS – SHELLEY CHRISTIANS JORDAAN

Desmond Tutu représentait une véritable autorité morale pour la nation arc-en-ciel. Pourfendeur de l’apartheid, militant pour les droits des homosexuels ou encore la fin de l’occupation de la Palestine, The Arch, comme l’appellent les Sud-Africains, représentait un véritable modèle.

Desmond Tutu a eu droit à des funérailles nationales, mais il ne souhaitait pas qu’elles soient organisées en grande pompe. Pas de salves de coups de canons par exemple, comme c’est d’habitude le cas dans ces circonstances, et les seuls symboles de l’État sont le discours du président Cyril Ramaphosa, et la remise du drapeau sud-africain par des militaires à la veuve de l’archevêque, Leah.

L’hommage de Cyril Ramaphosa à Desmond Tutu

Une cérémonie en petit comité

Seules cent personnes ont été invitées, pour cause de restrictions dues à la pandémie, mais aussi pour se conformer à la volonté du défunt : Desmond Tutu avait lui-même supervisé la préparation du dispositif, il y a quelques années, afin que les Sud-Africains conservent de lui l’image d’un homme pieux et simple. Il avait ainsi choisi de faire lire un passage de l’évangile selon Saint-Jean où Jésus s’adresse à ses disciples en leur enjoignant de « s’aimer les uns les autres comme je vous ai aimé ».

L’orgue a accompagné les prières et des lectures de la Bible faites par des proches de l’archevêque, sur le chœur de la cathédrale, habillés en violet, le tout entrecoupé de chants religieux et de brèves interventions. La fille de Desmond Tutu, Naomi Tutu, elle aussi révérend, a tenu à remercier les prises d’hommages qui ont suivi l’annonce de la mort de son père. L’archevêque de Canterbury, chef de l’Église anglicane a, lui, dans un message enregistré salué « un géant, un exemple extraordinaire de la nation arc-en-ciel ».

Après deux heures de messe, le corps de Desmond Tutu a été escorté par certains de ces proches vers son lieu de crémation. Desmond Tutu a choisi plus exactement, l’aquamation, un procédé qui consiste à dissoudre le corps par l’eau, réputé plus écologique. Desmond Tutu voulait donc rester un militant pour le climat jusqu’au bout. Ces cendres reposeront ensuite dans la cathédrale St George. Desmond Tutu avait refusé d’être inhumé avec les autres dignitaires anglicans dans le cimetière de Durban-ville qu’il considérait comme un cimetière de l’apartheid.

Rfi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*