Affrontements à Mweso: un haut officier de l’armée rwandaise tué et plusieurs morts enregistrés du côté rebelles

La population de la cité de Mweso dans le territoire de Masisi est pris en otage depuis le jeudi 25 janvier par les affrontements entre les rebelles du M23 appuyés par le Rwanda et les Wazalendo d’un côté.

La société civile du Nord-Kivu rapporte que depuis la matinée de ce vendredi, les RDF-M23 évacuent leurs cadavres de Mweso vers Kitshanga. Des véhicules transportant des cadavres sont visibles depuis tôt la matinée. Le bilan serait lourd côté ennemis (M23-RDF) où l’on signale la mort d’un haut gradé RDF au nom de Ezechiel(Colonel RDF) et d’autres blessés RDF seraient aussi acheminés vers Bwiza toujours en Provence de Mweso.plus de
40 à 93 morts enregistrés du côté RDF-M23.

Un Gaza congolais

Le nombre de blessés de l’explosion des bombardements passe de 18 à 23 personnes et une dizaine des morts du côté des civils.

Selon la société civile du Nord-Kivu , ces victimes dont plusieurs enfants avaient trouvé refuge dans une maison en matériaux durable pour se mettre à l’abris de ces accrochages.

Les mêmes sources ont rapporté que ces affrontements se sont poursuivis toute la journée du jeudi en pleine cité de Mweso, où une partie de la population est bloquée sur place. Une situation similaire à Gaza sous les bombardements de l’armée israélienne.

Certains habitants de Mweso ont trouvé refuge à l’Hôpital générale, où ils ne bénéficient d’aucune assistance.

D’autres ont trouvé refuge à la paroisse et d’autres ont pris la direction de Mpati et Busumba dans la même région pour se mettre en sécurité. Rapporte radio Okapi dans sa livraison du jeudi dernier.

Les rebelles du M23 se trouvent à Nyenyeri non loin du centre des activités alors que les FARDC et les groupes armés sont à Bukama au marché de Mwesso, à 2 KM du centre.

Ces belligérants se tirent dessus et exposent ainsi la population à la puissance du feu.

Cette situation ne permet pas aux humanitaires de rester dans la région pour assister la population, excepté l’ONG Médecin sans frontière qui continue à appuyer l’Hôpital général de Mweso.

C’est depuis le début de la semaine que les affrontements ont repris entre le M23 et les FARDC dans la zone avant d’atteindre la cité de Mweso.

Cet incident qualifié de drame par les acteurs locaux suscite des réactions diverses.  Ces acteurs appellent les belligérants à cesser les hostilités en milieu des populations.

L’armée qui a communiqué tard dans la journée a condamné ces bombardements à l’arme lourde. Elle a aussi annoncé contrôler la situation en isolant les assaillants dans leurs positions.

La situation humanitaire s’est dégradée considérablement dans la région, apprend t-on des mêmes sources.

La société civile rapporte que depuis la matinée de ce vendredi la population se vide de Mweso vers Nyanzale , Kalembe, Goma en passant par la cité de Kitshanga toujours divisée

Dans les zones sous contrôle des M23 RDF, un couvre feu a été instauré, obligeant la population d’être chacun dans sa maison au plus tard 18h30.
Plusieurs personnes retrouvées en dehors de leurs maisons sont fouettées, tabassées à mort et d’autres arrêtées.

Ce couvre feu fait suite à l’insuffisance de l’effectif en hommes au rang des M23 dans plusieurs coins dans le Rutshuru vu que les RDF-M23 sont concentrés sur les lignes de front mais à l’intérieur ils sont moins représentés.

DPN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *