Situation sécuritaire à Bunangana, prétendue mort de Sultani Makenga, arrestation de deux autres militaires rwandais, etc : le silence radio de Kinshasa inquiète !

A quoi joue, finalement, le ministre de la communication et médias, Patrick Muyaya, quand il ne communique pas à temps réel sur l’évolution de la situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo et plus particulièrement à Bunangana où le M23 a pris possession de ce territoire depuis plus de deux semaines?

Seuls les réseaux sociaux deviennent des sources d’information de la population qui est prête à en découdre avec ce mouvement rebelle et son parrain le Rwanda.

Qu’est ce qui se passe au juste sur le champ de bataille ?

De fois, l’on apprend la récupération de Bunangana par les Fardc et quelques heures après, c’est le contraire. Il y a même des photos et vidéos qui circulent depuis deux jours sur la débandade des rebelles du M23 abandonnant leurs effets de guerre.

D’autres photos font état de l’assassinat du meneur de ce mouvement terroriste Sultani Makenga par les soldats congolais. Deux autres militaires rwandais seraient arrêtés durant la même semaine.

Du côté de Kinshasa, silence radio. Une confusion totale s’installe alors dans l’opinion publique. Qui devrait communiquer sur la poursuite des évènements puisque le pays est en guerre? Certains diront que c’est la stratégie du gouvernement de ne pas communiquer à temps et à contre temps.

Cependant, la guerre en Ukraine a démontré au monde que la communication est devenue un outil très dissuasif dans l’art de guerre moderne contre l’ennemi. Le cas du président Ukrainien en est une illustration.

Dans une communication faite ce vendredi 1er juillet 2022 à la presse, le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 2, le lieutenant-colonel Guillaume Ndjike, a affirmé qu’au total 27 hommes, qui sont des rebelles du M23 mélangés avec les militaires rwandais, ont été tués dans les combats qui ont eu lieu entre le jeudi 30 juin et ce vendredi 1er juillet 2022 au village Ntamugenga. Du côté de Kinshasa, toujours silence radio !

Tout ce que l’on sait des dernières sorties médiatiques sur la situation sécuritaire à l’Est du ministre de la communication et médias, Patrick Muyaya, est qu’il y a eu plusieurs contradictions entre le gouvernement militaire à l’est et Kinshasa.

Devant une situation aussi cruciale, le gouvernement congolais devrait faire preuve de plus de responsabilités a lieu de laisser la population se démener seul même pour s’informer.

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.