Kinshasa: la route bétonnée au croisement des avenues Kasa vubu et Rwakading transformée en marché !

Incroyable mais vrai ce que l’on peut observer aux croisement des avenues Kasa vubu et Rwakading où la route bétonnée qui a coûté des millions de dollars américains à l’état congolais est transformée en marché. Tables, chaînes en plastique, articles de vente barrent la route qui mènent vers les communes de Gombe, Barumbu, Kinshasa, Kalamu au vu et au su des autorités urbaines. Quand on se rend bien compte que l’hôtel de ville se situe à proximité de cette route qui devrait être bien entretenu, on se demande bien pourquoi cette négligence ?

Un boulevard abandonné aux marchants

On observe aucune inquiétude de la part de ces vendeurs ambulants qui se sont tapés une place de choix sur cette route et qui déversent eaux et déchets sur cette route.

Sans gêne,tout y est

Quand on pose la question à ces occupants circonstanciels pourquoi ils sont sur la route, la réponse est claire :

 » Dites à Ngobila de nous restituer notre marché central ».

Tout sur le macadam

Jetter toute cette responsabilité sur le gouverneur de la ville paraît très simpliste surtout quand on est sensé connaître l’importance de cette route qui permet d’éviter les embouteillages observées au centre ville. C’est tout à fait illogique que des personnes se permettent d’occuper délibérément une route principale sans peur ni gêne. Il faudrait, peut être, chercher une explication en dehors de l’ordinaire et qui doit venir du mental des congolais qui ont consacré les anti-valeurs en valeurs. La seule question en suspend reste, évidemment celle de savoir : où vont des millions de dollars américains accordés à la commission de sensibilisation au changement de mentalité dirigé par le père spirituel du Chef de l’état et dont la seule réalisation dans la ville province de Kinshasa reste quelques pancartes sur lesquels on peut lire: Tika ko yiba, tika bosoto, etc.

Les biens communs étant sacrés, l’état devrait réprimer les récalcitrants, si non, c’est la jungle.

Don Petit N’Kiar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.