Revue du mercredi 03 avril

Plusieurs journaux parus ce mercredi 03 avril 2024 reviennent sur la nomination de Judith Suminwa Tuluka au poste de Premier ministre et les différents défis qui l’attendent.

Première femme nommée à la Primature en République Démocratique du Congo en plus de six décennies, Judith Suminwa Tuluka a d’emblée annoncé son credo ce 1er avril 2024 : « La formation du prochain gouvernement aura un seul critère unique et primordial, qui est la compétence professionnelle», rapporte EcoNews.

« Donc, mon gouvernement sera appelé « LE GOUVERNEMENT DE COMPÉTENCE PROFESSIONNELLE. Mes premiers combats : le taux du dollar, la paix durable dans l’Est, le social… », a déclaré la Première ministre.

Pour EcoNews, c’est une profession de foi pleine de bonnes intentions comme à l’accoutumée mais qui, face aux réalités du pouvoir, a tendance à prendre des chemins imprévisibles.Commentant cette déclaration que la Première ministre a tenu sur compte X ( twitter), La Tempête des Tropiques souligne que les Congolais attendent plus du nouveau Premier ministre l’amélioration de leur situation socio-économique, la stabilité du taux de change face aux devises étrangères et la stabilité dans la partie Est de la République démocratique du Congo, en proie à l’insécurité causée par les terroristes du Mouvement du 23 Mars (M23), sous couvert du régime de Paul Kagame.

A en croire Forum des As, la Première ministre a tenu des propos similaires, mardi 2 avril, face aux femmes de l’UDPS au siège de ce parti à Kinshasa.

Dans son allocution, la Première ministre a souligné qu’elle n’était pas là pour chercher des gains personnels, mais pour œuvrer dans l’intérêt de la nation. Judith Suminwa Tuluka a également appelé à l’unité et à la paix pour reconstruire le pays. Elle a demandé le soutien de tous les Congolais dans cette entreprise.

« Je ne suis pas placée à la tête du gouvernement pour qu’on se partage des profits, mais j’y suis placée pour l’intérêt de la nation. Et j’ai besoin de chacun d’entre vous pour construire le pays dans la paix et l’unité. Dieu seul sait pourquoi j’ai été désignée à ce poste. J’ai besoin du soutien de tout le peuple congolais pour bâtir cette nation dans la paix et l’unité. Tous les ennemis du pays, qu’ils le veuillent ou non, nous sortirons vainqueurs. Je vous demande d’avoir la foi», a-telle déclaré

Ce quotidien ajoute que dans le même temps, Augustin Kabuya, secrétaire général de l’UDPS qui partageait la scène avec la Première ministre devant les femmes de son parti politique, a tenu à rappeler que cette nomination n’était pas une occasion pour s’enrichir illégalement. Il a averti que ceux qui chercheraient à profiter de leur position seraient sévèrement punis et envoyés en prison.

Le SG de l’UDPS a indiqué que l’objectif de la Primature était de corriger les dysfonctionnements du pays et non de permettre à certains de s’enrichir injustement.

Et Forum des As de conclure : « La nation congolaise attend avec impatience de voir comment Judith Suminwa Tuluka dirigera le pays après sa nomination historique ».

Africa News, lui, est convaincu que le Président semble tenir un profil plus ou moins idéal pour les commandes du prochain gouvernement.En effet, ce tabloïd rappelle que la nouvelle locataire de la Primature possède des atouts intéressants : elle a la maîtrise du secteur de développement pour avoir évolué pendant 15 ans au PNUD, elle s’y connaît en matière de sécurité pour avoir piloté la réforme de l’Armée et de la Police aux Comores, en plus d’avoir œuvré dans le secteur bancaire, l’humanitaire et la réforme des finances publiques.

Alors que le pays est confronté à plusieurs défis, notamment ceux de la sécurité, de la tenue de ses finances publiques, de développement et l’humanitaire.

Mais les Congolais doivent encore patienter avant de voir Judith Suminwa, première femme Premier ministre à l’œuvre, note pour sa part, La Prospérité une fois nommée, depuis ce lundi 1er avril 2024, Judith Suminwa Tuluka, doit composer son équipe gouvernementale et la soumettre à l’appréciation de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Président réélu, explique ce quotidien.

Puis, elle devra relever le défi de la réussite de son examen de passage au Parlement où, pour être investie, elle aura à convaincre les Députés Nationaux, en leur présentant un programme de son action gouvernementale qui, en principe, doit tenir compter de six engagements pris par le Chef de l’Etat, lors de son investiture.

Mais, ajoute ce journal, quoi qu’il en soit, quel que soit le temps que cela pourrait prendre, cette entrée en fonction sera conditionnée également par la mise sur pied du Bureau définitif de l’Assemblée Nationale et, surtout, la finalisation de l’installation des Députés validés par la Cour Constitutionnelle, après la proclamation des résultats définitifs à l’aune de l’examen des dossiers liés notamment, au traitement des contentieux électoraux pour les législatives nationales.

JNK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *