Revue du mardi 21 mai

 

Le sujet sur la tentative du renversement des institutions du pays a encore alimenté les journaux kinois parus ce mardi avec des réactions qui fusent de partout dont celle de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

 

Le journal Forum des As titre en sa Une : « Coup d’Etat manqué : la CENCO condamne et dit non à la récupération malveillante ». Ce quotidien rapporte que la Conférence épiscopale nationale du Congo exprime son indignation et condamne les attaques perpétrées dimanche 19 mai contre le Palais de la Nation, siège de la présidence de la RDC, et contre la résidence de Vital Kamerhe, candidat président de l’Assemblée nationale. Ce tabloïd note que « Face à cet acte de mépris pour l’inviolabilité de nos institutions étatiques », les évêques invitent les autorités à renforcer la cohésion nationale et « le peuple congolais à ne pas céder à la peur et à demeurer vigilant ». Selon ce portail, les prélats catholiques invitent ainsi « les autorités compétentes à s’engager davantage à renforcer la cohésion nationale ». Dans ce même ordre d’idée, ajoute Forum des As, ces princes de l’église exhortent « le peuple congolais à ne pas céder à la peur et à demeurer vigilant ». Ils rassurent leurs compatriotes de « leurs prières pour que l’Esprit Saint, Esprit de courage et de vie, inonde le cœur de chacun » et que la RD Congo retrouve la paix, par l’intercession de la Vierge Marie, Notre Dame du Congo.

Le Phare revient sur la CENCO qui, dans son communiqué, condamne le putsch manqué du dimanche 19 mai, et tient à dissiper tout malentendu au sujet des images, diffusées en boucle dans les réseaux sociaux, montrant le cerveau monteur du complot, Christian Malanga, en compagnie de certains membres du clergé congolais. C’est dans le sens, rapporte ce quotidien, que la CENCO a souligné que les contacts ou rencontres entre l’un et les autres sont à situer dans le cadre de la mission pastorale des Evêques, qui ont la délicate tâche de se mettre à l’écoute de tous leurs fidèles. Il ne s’agit donc pas d’un quelconque indice de la connexion entre le chef des putschistes et l’église catholique congolaise, précise cette structure ecclésiastique citée dans les colonnes du journal Le Phare.

La Prospérité reste sur la même voie. Ce tabloïd indique que les archevêques et evêques membres de la CENCO confient à la miséricorde de Dieu les personnes innocentes ayant perdu la vie au cours de ces attaques. Ces évêques, note ce quotidien, indiquent que les auteurs des actes cruels de ce dimanche ne sont pas membres d’une institution quelconque officielle de l’Eglise catholique, ni au niveau du Saint-Siège au Vatican à Rome, ni au niveau de l’Eglise locale en RD Congo. Selon ce journal qui cite le même communiqué de la CENCO, ces actes ignobles n’engagent pas l’Eglise catholique ni de près ni de loin.

La Tempête des tropiques fait savoir que Christian Malanga est le cerveau moteur de ce putsch manqué. Ce quotidien écrit que l’Américain qui a participé à l’attaque du Palais de la Nation Benjamin Zalman, un entrepreneur spécialisé dans le cannabis et figure parmi la vingtaine d’hommes capturés par l’armée congolaise à Kinshasa après une tentative de rébellion dirigée par Christian Malanga, chef d’un parti politique de la diaspora congolaise aux États-Unis. La Tempête des tropiques souligne que les détails de cette tentative de coup d’État révèlent une alliance improbable entre Malanga et deux entrepreneurs américains, Zalman et Cole Ducey, également actifs dans l’industrie du cannabis et des liquides pour cigarette électronique.

Entre- temps, signale La Référence Plus, l’accès au Palais de la nation a été interdite jusqu’à nouvel ordre. Ce portail rapporte que cette mesure exceptionnelle et temporaire vise à permettre aux services spécialisés de procéder au relevé des indices sur la scène de cet événement malheureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights