RDC: « Il n’y a pas de logique dans la guerre. Soit vous vous battez, soit l’on vous bat »!(Professeur Jean B. Murhega, Philosophe et enseignant de logique)

L’intervention du chef de l’état Félix Tshisekedi à la tribune des Nations unies lors de la 78è assemblée ordinaire a suscité beaucoup des réactions au sein de la population congolaise et l’opinion internationale. Un sujet a retenu l’attention de plus d’un curieux: l’agressssion rwandaise avec l’occupation des territoires congolais à l’Est par les M23.

Si certains croient encore au président de la république, une grande majorité ne croit presque plus à ses jérémiades qui n’ont que trop durées:

 » il est plus dans des logorrhées que des actes. Un chef ne se plaint pas trop. Son homologue rwandais tue des populations entières et lui va chercher des témoins. Il n’a qu’à suivre l’exemple de Poutine« , se fâche un observateur.

Lors d’un colloque scientifique organisé par l’École Africaine de Logique et d’Analyse du langage de la faculté de Philosophie, le mercredi 8 mars 2023 au campus universitaire de cette institution d’enseignement supérieur et universitaire située dans la commune de Mont-Ngafula, le général-major, ancien aide du camp de LD Kabila et licencié en Philosophie de la même institution, Eddy Kapend avait voulu savoir s’il y avait de la logique dans la guerre?

Une réponse claire lui avait été réservée par l’un des conférenciers en la personne du Professeur Jean B. Murhega, Philosophe et enseignant de logique à l’Université de Lubumbashi:

 » J’ai lu et relis plusieurs auteurs de l’église comme d’autres mais je n’ai pas trouvé un rapport entre la logique et la guerre. Il n’y a pas de logique dans la guerre, soit vous vous battez, soit l’on vous bat« , avait-il précisé.

Le Professeur Célestin Dimandja qui avait été à l’honneur et qui avait ouvert ces assises avait circonscrit le pouvoir de ce thème : » Logique, Vérité et société ». Il avait souligné que ce thème est à développer en cette année qui se veut électorale: « L’actualité de ce thème réside aussi dans le fait que la société congolaise est en perpétuelle remise en question de la bivalence du vrai et du faux« .

Les congolais sont prêts à se battre pour libérer leurs frères et soeurs en captivité à l’est, sauf qu’ils commencent à douter de la sincérité de leurs dirigeants qui s’hibernent dans des discours depuis plusieurs années.

Qui vivra, verra!

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *