RDC : Discours du Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso à l’occasion du congrès de ce vendredi 28 mai

RDC : Discours du Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso à l’occasion du congrès de ce vendredi 28 mai

0 0
Read Time:2 Minute, 56 Second

Palais du Peuple

Kinshasa/Lingwala

28 mai 2022

Honorables Membres du Bureau du Congrès,

Honorables Députés, Honorables Sénateurs,

Très Chers Collègues Parlementaires, Membres du Congrès,

Permettez-moi de faire la présente adresse avant de commencer la séance plénière de ce jour, consacrée à la poursuite de nos travaux débutés depuis hier vendredi 27 mars 2022 afin de finaliser le processus de désignation d’un juge de la Cour constitutionnelle, conformément aux dispositions des articles 158 de la Constitution et 3, point 7 6, 30 et 42 du Règlement intérieur du Congrès.

Du haut de cette tribune, j’exprime toute ma reconnaissance envers notre Dieu Tout Puissant pour la grâce qu’il nous a accordée afin de nous revoir encore une fois en ce jour. 

Je rends, en même temps, un vibrant hommage à Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Garant de la Nation et du fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions.

Honorables Députés, Honorables Sénateurs, Membres du Congrès, 

Nous nous sommes séparés hier, tard dans la nuit, dans un climat chahuté qui ne nous a pas permis de poursuivre aisément nos travaux et de les clôturer selon les règles de l’art conformément aux lois, règlement et bonnes pratiques parlementaires.

Avant cette séance plénière, votre Bureau a décidé de la poursuite du Congrès ce jour et ce, en vertu des dispositions de l’article 16 du Règlement intérieur du Congrès, afin de finaliser le traitement de la matière inscrite à l’ordre du jour. En effet, dit l’article 16 précité, « la clôture intervient dès que le Congrès a épuisé l’ordre du jour pour lequel il a été convoqué ».

Il en découle en effet que, faute de n’avoir pas épuisé l’ordre du jour par l’adoption d’une résolution portant désignation d’un juge de la Cour constitutionnelle, nous poursuivrons cette matière selon la procédure déterminée par notre Règlement intérieur. Notre Commission, dont je salue le travail remarquable, a eu à présenter son rapport mentionnant deux candidats en lice qui n’ont pas pu désister l’un en faveur de l’autre, en dépit de l’invitation leur adressée à ce sujet par l’Assemblée plénière de manière à transmettre au Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, un seul nom du juge désigné, à travers une résolution votée par l’Assemblée plénière du Congrès, comme l’exige l’article 6, alinéa 3 du Règlement intérieur du Congrès. Le faire autrement serait une entorse à celui-ci.

Ainsi, pour départager les candidats demeurés en lice, nous appliquerons les dispositions de l’article 30, alinéa 5 de notre Règlement intérieur qui précisent que, « toutefois, en cas de délibération portant sur des personnes, le vote s’effectue par bulletin secret ». C’est à cet exercice que nous allons nous livrer en ce jour. 

Honorables Députés, Honorables Sénateurs,

et Chers Collègues Parlementaires, Membres du

Congrès, 

Pour clôturer cette adresse, je tiens aujourd’hui à vous assurer de mon profond attachement à l’Etat de droit, celui dans lequel tout le monde est soumis à la loi, et où tout ce qui ne répond pas à la loi relève de l’arbitraire. Je sais que nous continuerons à accomplir jusqu’au bout, dans la rigueur et le respect de l’autre, les missions pour lesquelles nous avons été élus par nos concitoyens.

Je vous remercie de votre attention. MBOSO N’KODIA PWANGA CHRISTOPHE

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité politique société Societe kinshasa