Présidence Sénat: Le Couronnement Égocentrique du pasteur sénateur Sanguma

Dans un ballet d’ambitions démesurées, le sénateur Sanguma s’érige en maître du jeu politique en s’autoproclamant Président du Sénat, laissant une traînée de controverses et d’exigences déconcertantes.

Alors que 6 de 7 membres composant le bureau sortant du sénat sont élus députés, et qu’un seul n’avait pas postulé, le sénateur Sanguma Mossai, deuxième vice-président du Sénat qui fait partie de ces 6 élus, a préféré se faire remplacer par sa femme à la chambre basse du parlement. Il s’est autoproclamé président du Bureau Provisoire et exige une « sous »remise-reprise dans un acte d’arrogance sans précédent.

Cette manœuvre douteuse a été accompagnée d’une exigence absurde de « sous » remise-reprise, mettant en lumière son mépris pour les normes démocratiques et l’éthique publique.

En rejetant les principes de transparence et de légitimité, Sanguma a choisi de placer ses intérêts personnels au-dessus de l’intérêt général, en nommant sa femme pour le remplacer à l’Assemblée Nationale. Cette tentative de consolider un pouvoir familial au détriment de la démocratie est une insulte à la fonction publique et aux valeurs démocratiques fondamentales que prône le pays de Félix Tshisekedi.

Sa note circulaire, adressée de manière prétentieuse à diverses instances politiques, révèle son mépris pour les règles établies et son désir de s’accrocher au pouvoir à tout prix. En se hissant au sommet du Sénat par des manœuvres douteuses, le Sénateur et pasteur de l’ECC Sanguma expose la fragilité de des institutions de la République Démocratique du Congo et la nécessité urgente de protéger la démocratie contre de tels abus.

Il est impératif que la société civile et les institutions compétentes condamnent fermement ces agissements antidémocratiques et veillent à ce que la justice soit rendue face à cette tentative de captation du pouvoir. La folie de grandeur du sénateur, soit disant pasteur protestant Sanguma ne doit pas rester impunie, et la population congolaise doit rester vigilante face à de telles atteintes à la démocratie et à l’État de droit.

Élu en mars 2019, Sénateur pour le compte de la Province du Sud-Ubangi, Mossaï Temongonde Sanguma est un pasteur chrétien évangélique de la Communauté évangélique de l’Ubangi-Mongala, membre de l’Église du Christ au Congo, il est également Professeur d’université et homme politique congolais. Comme tout vrai pasteur protestant, Sanguma devient aussi protestant contre la nation congolaise. De Sanguma à  » Sandruma », il n’y a qu’un pas !

NGK 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *