Musique:Les bels accents du terroir dans la musique congolaise(illustrations audiovisuelles)

Depuis Paul Kamba jusqu’à nos jours, le lingala constitue la principale langue d’expression des musiciens congolais. Toutefois, la diversité culturelle de deux congo, est remarquable à travers l’histoire de la musique congolaise. Une diversité perceptible tant sur le plan du chant que sur celui de la chorégraphie. Nous avons vu les musiciens kinois recourir parfois aux langues d’origine de leurs parents pour affirmer leur identité. C’est ainsi que Kallé a quelque fois  chanté en tshiluba, Franco en kikongo, Vicky en lomongo, Rochereau en tshiluba et yanzi,  etc, etc.

L’affirmation de l’identité peut être conscience, ou relevant du subconscient, comme le cas de Lita Bembo lorsqu’il dit « naza kobina lokola nyoka », ou « je danse comme un serpent » , il sous-entend qu’il est capable de bien se mouvoir sur scène, à l’instar des danseurs Ekonda, tribu dont il tire ses origines , réputée pour ses chorégraphies. Rappelons que ce sont les danseurs chorégraphes Ekonda de l’Equateur et les Bambudi du Nord Katanga qui avaient représenté le Congo à l’exposition de 1958. Ces deux tribus détiennent les meilleures chorégraphies traditionnelles en RDC.

Mais il y a une différence entre ceux qui ont parfois chanté dans leurs langues d’origine sans un accent particulier et ceux qui ont apporté à la musique congolaise un plus grâce au bel accent du terroir. Parmi ces derniers, nous pouvons citer :Edo Nganga, Angelino,De Lalune (Accent Lari); Kazadi Chantal, Esta,Baba Gason, Orchestre Mpete wa Mpete(accent Lushois et du Kasaï); Abeti, Rachid King(accent swahili bora); Ntesa Dalienst(accent Kongo- Basingombe);Bimi et Boketshu  (accents mongo et Ntomba); Emeneya, Werra Son (accent de Kikwit),pour ne citer que ceux-là.

Concrètement, les différents accents du terroir ont conféré beaucoup de  charme à la chanson congolaise comme nous allons le constater à travers l’échantillon des chansons sélectionnées.

Les trois premières chansons des orchestres Baba Gaston, Festival du Zaïre, et African-Fiesta Sukisa mettent en relief les accents Lushois , Kasaïen et de Kikwit, caractérisés par une certaine nonchalance dans la voix et une articulation relativement féminisée .

Les deux dernières chansons, (Muana Wabi et Okosi ngai Nfumu) sont encore de parfaites  illustrations des chansons aux bels accents du terroir.

Mwana wapi de Bimi ombale
okosi nga Mfumu du King Kester Emeneya

Avec Mbokamosika.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *