Enquêtes: tournage des films pornographiques à Kinshasa pour 100$Usd

Le phénomène de tournage des films pour adultes à Kinshasa ne sont plus un secret. Ce nouveau business très bénéfique est l’oeuvre des réseaux indo-libano-pakistanais désormais maîtres de la capitale Kinshasa, une ville aux potentialités énormes dont la main d’oeuvre facile des acteurs de films pornographiques. Pour un tableau, les acteurs, filles comme garçons, perçoivent 100 dollars américains.

Du casting

Les acteurs qui doivent tourner sont généralement recrutés par des personnes intermédiaires, garçons comme filles, souvent friqués qui font la ronde des bistrots réputés de Kinshasa. Parmi ces bistrots l’on peut citer l’hôtel bar MP qui se retrouve dans toutes les communes de Kinshasa et où l’on peut facilement dénicher de très jolies jambettes à partir de 14 ans. Un autre endroit cible est le club Carré cube au quartier Beau marchais qui se trouve juste en face d’un autre club de renom Shettah. A Matonge, Kiesse na Kiesse bat le record, à Lingwala c’est 155, le Champion ,Teke na Teke, à Bandalungwa plusieurs coins de plaisir dont le Quartier, Bataclan, Bandal, c’est Paris, dans la commune de Lemba on peut citer chez Tchetche, sans oublier couloir Kimbuta du côté Tshangu.

Des filles VIP

Dans la catégorie des filles qui sont appelées à jouer dans ces films pour adultes, il y celles qui sont recrutées dans des boîtes de nuit Vip et souvent ce sont les expatriés eux mêmes qui s’en chargent autour d’une table bien garnie avant de faire la proposition. D’autres filles dites Vip se recrutent dans les universités et instituts supérieurs dont le plus réputé est l’Institut supérieur pédagogique, Isp-Gombe, où les filles internées s’adonnent à cette pratique pour nouer les deux bouts du mois loin de leurs parents restés dans le Congo profond. Certaines parmi elles font aussi le trottoir dans les coins et recoins de la commune vers les avenues de la Justice, lukusa, 3Z, Col Ebeya, du Livre, etc. En cette période de couvre-feu, certains heureux clients s’en sont tapés jusqu’à 2000 Fc la passe dans les chantiers inachevés qui pullulent au centre ville, loin des dérangements des policiers qui s’en tapent aussi à coeur joie. D’autres filles sont recrutées par internet, en ligne.

Du modus operandi

Les intermédiaires pleins des billets verts sont largués dans les points chauds cités ci-haut pour amadouer les personnes qui répondent aux critères établis par les employeurs expatriés. Pour les filles, il faut nécessairement une derrière bien charnue et attrayante, une grosse poitrine pour celles dépassant la trentaine et ,naturellement, les filles de moins de 18 ans sont les bienvenues:

 » C’est de la viande fraîche », commente l’un des recruteurs rencontré dans l’un des bistrots de Kinshasa rattrapé par un verre de trop pour ne rien cacher: « In vino veritatis », disent les latins.

Le jeune garçon qui recrute approche la fille ou les filles et propose à boire à gogo, souvent c’est des tours des sauts, et à manger. C’est seulement après qu’il leur fera la proposition et souvent c’est quand l’ambiance est à son comble:

 » Nous n’avons pas eu assez des résistances pour les filles de Kinshasa », commente notre recruteur. Du côté des garçons, cela ne pose pas de problème car la majorité attend impatiemment l’offre mais à une seule condition: « l’appareil génital doit atteindre la proportion attendue ».

Une fois d’accord, toutes ces recrues sont conduites dans des résidences bien aménagées et sécurisées éparpillées dans la ville et qui se transforment en plateau de tournage. Les acteurs arrivés sur place doivent se conformer aux règlements qui sont établis par les producteurs: aucun examen médical n’est de mise et , généralement, les acteurs ne se connaissent pas. Le tournage peut durer toute une journée entre coupé par un temps de repos et un repas copieux accompagné des boissons à volonté. Une vraie régale.

A la fin du tournage, chaque acteur reçoit son enveloppe de 100$ Usd et raccompagné à un endroit de son choix. Il leur est demandé de garder cette aventure top secret.

De la diffusion

selon l’un des jeunes recruteurs qui nous mit au parfum de ce commerce illicite et combien rentable pratiqué désormais à Kinshasa par des réseaux indo-libano-pakistanais, la distribution de ces films se font à l’extérieur du pays où les films pornographiques congolais sont très prisés et qui commencent à concurrencer les nigérians. La preuve est que les hommes congolais viennent de conserver leur ceinture de champion du monde en terme de pénis.

La distribution se passe aussi à travers l’internet où le téléchargement fait des millions aux producteurs. Un secteur qui échappe à l’état congolais.

Des produits aphrodisiaques

Les groupes pharmaceutiques tenus par ces expatriés sur les avenues du Commerce, Rwakading et autres dans la commune de Kinshasa proposent une gamme des produits aphrodisiaques aux personnes désireuses de devenir un peu plus attrayantes pour la gente féminine et plus performantes pour les hommes. Ainsi, les jeunes femmes raffolent des produits augmentant rapidement le volume de leurs derrières que d’éventuels rodeurs peuvent apercevoir au premier regard. Les play-boys avec leurs muscles démesurées peuvent se faire payer par « les grands prêtres mères », généralement des femmes âgées et mariées insatisfaites qui n’ont pas d’autre choix que de subir le supplice de ces jeunes gens à la performance numérique qui se comptent désormais par milliers à travers Kinshasa et qui remplissent les bistrots dans chaque rue.

Et au Dj d’un de ces coins d’ambiance de Kinshasa de lancer:  » Kinshasa ele…, elengi », Kinshasa plaisir.

Nzenga Luketo

2 thoughts on “Enquêtes: tournage des films pornographiques à Kinshasa pour 100$Usd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.