CAN 2023 : Auteur d’une remontada, la Côte d’Ivoire remporte sa compétition (2-1) face au Nigeria

Dans un tourbillon d’émotions, de passion collective, presque irrationnelle, le destin de cette 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations s’est écrit de manière inéluctable ! 

Les Éléphants de la Côte d’Ivoire ont brillamment décroché, comme un vrai symbole hautement parlant d’une résurrection totale, leur troisième étoile au stade Olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé (2-1) face aux Super Eagles du Nigeria apathique. Alors qu’elle avait failli quitter sur le même terrain cette compétition par la très petite porte (le 22 janvier).

Illustrant son style unique dans cette Coupe d’Afrique des Nations. Surgir de l’ombre pour tout bouleverser et porter par 60 000 voix inlassables, même lorsque le Nigeria menait après la première mi-temps, les Éléphants, sereins et confiants en leur capacité.

Digne d’un revenant qui n’a plus peur de la mort, ils ont renversé les Super Eagles dans un retournement de situation épique, défiant toute logique, comme seule cette équipe ivoirienne sait le faire.

Rarement, voire jamais, la Côte d’Ivoire n’avait paru aussi confiante durant cette CAN. Sa maîtrise et sa sérénité dès le début du match témoignaient de son évolution depuis sa défaite en phase de groupes (0-1) contre les Super Eagles de Victor Osimhen. La Côte d’Ivoire d’Emers Fae défiait le Nigeria du portugais José Viktor Peseiro Dos Santos en finale de cette Coupe d’Afrique des Nations.

 Les deux sélections issues de la même poule, s’affrontaient donc pour la deuxième fois dans cette campagne en guise d’un remake de la deuxième journée de match du groupe A.  Cette fois, les enchères ont augmenté, ce n’est plus pour les trois points que les deux formations se battent, mais pour le sacre suprême de la compétition.

Place à la rencontre 

La Côte d’Ivoire entame la rencontre tambour battante, elle domine la première période sans réel danger, à l’exception d’une occasion franche pour Simon Adingra, dont la tentative a été stoppée net par le portier Nigerian Nwabali (34ᵉ). Les corners s’enchaînent pour les Oranges, sans réelle menace, tandis que les Verts peinent à suivre le rythme. La Côte d’Ivoire a bien entamé sa finale. Le Nigeria est sous pression. 

Très attendu, Victor Osimhen peine à se mettre en valeur et montre sa nervosité en s’accrochant avec le défenseur Evan Ndicka. Même le calme habituel du sélectionneur Nigerian, José Peseiro, est ébranlé par un carton jaune pour contestation, car l’enjeu du match est énorme.

William Troost Ekong en bis repetita

Dominé et dépassé dans tous les secteurs sauf en défense, le Nigeria va, comme par enchantement, ouvrir le score sur un coup de tête de William Paul Troost-Ekong sur corner, le capitaine du Nigeria, unique buteur sur penalty lors du premier succès de son équipe dans cette CAN face comme par hasard à la Côte d’Ivoire, récidive et permet à son équipe de faire la course devant (0-1,38e). Un véritable coup de tonnerre pour des Nigérians qui avaient patiemment attendu leur chance en restant solides défensivement.

Stat : William Troost Ekong, élu meilleur joueur de la compétition, il devient le 2ᵉ défenseur à inscrire 3 buts lors d’une édition de la Coupe d’Afrique des Nations après Ali Al-Beshari avec la Libye en 1982. Il a marqué sur 5 de ses 6 tirs cadrés au cours de sa carrière à la Coupe d’Afrique des Nations. À 30 ans et 5 mois, il devient le buteur le plus âgé en finale de la Coupe d’Afrique des Nations depuis Emmanuel Kundé contre le Nigeria le 27 mars 1988 (31 ans et 8 mois).

La Remontada Ivoirienne 

La Côte d’Ivoire n’avait pas dit son dernier mot, surtout pas dans cette Coupe qu’elle chérissait tant. Après de nombreuses occasions manquées par Gradel (50ᵉ) et Seri (59ᵉ), Franck Kessié, l’homme qui caractérise la résurrection de cette sélection, égalise de la tête sur un corner de son coéquipier Simon Adingra le facteur X de cette sélection et un pur revenant (1-1,62e). La Côte d’Ivoire, qui n’avait jamais marqué en finale de CAN, efface cette statistique avec brio. 

Note : Simon Adingra, homme du match et meilleur jeune joueur de la compétition était blessé quelques semaines avant le début de la CAN, n’a disputé aucun match de phase de groupe avec la Côte d’Ivoire, il n’a commencé la CAN qu’en huitième de Finale. C’est lui qui a, grâce à son but, arraché la prolongation pour les Éléphants face aux Aigles du Mali en quart de finale. 

S’agissant des revenants, Adingra n’est pas le seul, Sébastien Haller lui aussi, absent en phase de groupe suite à une blessure avant la CAN, est revenu sous le cornaque du coach Emers Fae pour disputer le huitième et porté les Éléphants.

Les deux revenants ont donc, tels des apôtres, apporté la lumière à cette équipe, mais surtout le salut pour le sacre final. Intenable et intraitable, Simon Adingra passeur lors du premier but va une fois de plus servir une autre offrande cette fois, à son compère d’attaque Sébastien Haller, ce dernier reprenait de façon Zlatanesque (Ndlr un geste acrobatique propre à Zlatan Ibrahimović) et spectaculaire la balle de son partenaire pour délivrer tout un pays et scellé le sacre (2-1,79e).

Stat: Sébastien Haller après avoir été le sauveur de la Côte d’Ivoire face à la RDC en demi-finale en inscrivant le 150ᵉ but de la Côte d’Ivoire en phase finale de Coupe d’Afrique des Nations, marque le 118ᵉ et dernier but de cette 34ᵉ édition de Coupe d’Afrique des Nations. Son deuxième but dans cette compétition est le 152ᵉ de sa sélection en 25 participations de CAN.

Malgré les tentatives du Nigeria, la Coupe reste à domicile. Les Ivoiriens, après le déclin en phase de groupes, viennent de réaliser une apothéose digne d’un conte de fée en s’érigeant une troisième fois sur le toit de l’Afrique, une première à domicile. Une victoire historique, marquée par des rebondissements incroyables où, Ils auront eu besoin de tirs au but pour éliminer le tenant du titre et favori sénégalais en huitièmes, d’une prolongation pour venir à bout du Mali en supériorité numérique en quarts de finale, d’une surprenante et remarquable équipe de la RDC et in fine, d’une remontada sensationnelle face à l’un de leurs bourreaux en phase groupe, le Nigeria.

Note: 40 ans après sa première CAN à domicile (1984), la Côte d’Ivoire remporte pour la première une finale en marquant et surtout en l’emportant sans passer par les tirs aux buts. Elle se classe désormais en cinquième position dans la liste des 15 pays vainqueurs de la Coupe d’Afrique des Nations et égale le Nigeria en nombre des titres (3).

Stat: La Côte d’Ivoire devient le 1e pays organisateur à remporter la Coupe d’Afrique des Nations depuis l’Égypte en 2006. La Côte d’Ivoire devient la 1ère nation de l’histoire à remporter la Coupe d’Afrique des Nations malgré une défaite de 4 buts plus tôt dans le tournoi (0-4 contre la Guinée équatoriale).

Cette « plus belle CAN de l’histoire » avec 118 buts marqués, une première dans les annales de cette compétition, a couronné un vainqueur d’exception et un sélectionneur magicien, Emerse Faé.

À 40 ans, Emers et son adjoint Guy Demel deux anciens coéquipiers, ont redressé une équipe Ivoirienne en détresse pour la mener au sommet du football africain. 

Grâce à Emers Fae, l’entraîneur intérimaire de 18 jours, désigné meilleur sélectionneur de la compétition, les Ivoiriens se réveilleront ce lundi avec trois étoiles scintillant dans leurs yeux, un rêve devenu réalité. 

Glad NGANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *