Appel à la Mobilisation : Matata Ponyo rejoint Félix Tshisekedi

Le Président du LDC et candidat président de la République aux élections prévues en 2023, Augustin Matata Ponyo, n’est pas resté indifférent aux supplices que subissent les populations de Bunagana Rutshuru, Kiwanja et autres parties du territoire national. Dans un message patriotique, ce dernier appelle le peuple congolais à la mobilisation générale comme souhaitée par le chef de l’état Félix Tshisekedi.

Déclaration de l’honorable Sénateur

Matata Ponyo Mapon à la suite de l’adresse à la Nation du Chef de l’Etat sur la guerre dans la partie Est du pays.

En ces jours d’affliction, où mes frères et sœurs du Nord Kivu, et particulièrement de Bunagana et de Rutshuru, sont affectés par la guerre nous imposée injustement par le Rwanda à travers le M23, il est de mon devoir patriotique, en tant que congolais, élu du peuple, Chef du parti politique LGD et Candidat Président de la République aux prochaines échéances électorales, de m’adresser, non seulement à une partie de la population meurtrie, mais aussi au peuple congolais dans son ensemble ainsi qu’à la communauté internationale.

A mes frères et sœurs de Bunagana et de Rutshuru,  

Je vous renouvelle une fois de plus ma compassion et ma sollicitude et vous rappelle que vos souffrances sont les miennes, vos pertes de biens sont les miennes, vos deuils sont les miens, vos larmes sont les miennes. Je suis de cœur avec vous et je ferai tout ce qui est possible pour que cette guerre d’agression plusieurs fois larvée en mouvement de rébellion s’arrête un jour de manière définitive. Je félicite et soutiens les Forces armées congolaises qui se battent pour préserver la paix et la sécurité de nos frères et sœurs sur le front. 

Au peuple congolais dans son ensemble, 

Je vous appelle à une mobilisation générale, car en effet, il ne s’agit pas d’une rébellion interne, mais plutôt d’une guerre d’agression à visée expansionniste avec comme objectif final l’annexion d’une partie de notre territoire par le Rwanda. Or, le monde entier sait qu’aucun congolais, qu’il soit du Centre, du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest, ne peut accepter le détachement d’une partie, minime soit-elle, de notre pays, au profit d’un pays étranger. Mobilisons-nous tous, car aucune armée ne peut vaincre la force d’un peuple uni dans son âme et dans son esprit. Tout en restant vigilant, je vous exhorte donc à ne pas tomber dans le piège de l’ennemi.

A la communauté internationale, 

Je condamne votre inaction dès lors que le rapport du groupe d’experts de Nations Unies prouve l’agression explicite du Rwanda  qui se cache derrière le M23. Je vous exhorte ainsi d’assumer la responsabilité qui est la vôtre en dénonçant ouvertement l’agression rwandaise, et en exigeant le retrait sans délai de ses troupes agissant via le M23, et ce, conformément aux exigences de la Charte des Nations Unies. Il en va de la crédibilité des Nations unies et de leurs responsables.

Au Gouvernement Congolais, 

Je rappelle que les forces armées constituent le meilleur moyen de protection et de défense de l’intégrité territoriale d’un pays. Toutefois, pour leur efficacité, elles ont besoin d’un leadership et d’une gouvernance de qualité. C’est grâce principalement à ce dernier binôme que les FARDC ont bouté dehors en novembre 2013 le même M23 qui avait regagné son pays d’origine, le Rwanda. J’étais alors Premier ministre. Il appartient donc au gouvernement de renforcer son leadership et sa gouvernance pour atteindre le même objectif qu’en 2013. Cela implique de veiller à la cohésion interne qui passe notamment par une justice et une redistribution équitable des ressources du pays. Le front commun intérieur dont le pays a besoin en ce moment pour préserver son intégrité ne peut pas être aisément réalisé dans les conditions actuelles caractérisées notamment par la protection des opérateurs politiques proches du pouvoir et la chasse aux sorcières ainsi que l’élimination pernicieuse des candidats présidents déclarés ou non déclarés au travers notamment des poursuites judiciaires non conformes aux lois du pays, avec l’appui des institutions publiques. 

Que vive les Forces Armées de la République Démocratique du Congo.

Que vive le peuple congolais. 

Que vive la RDC. 

Ensemble, nous vaincrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *