Année de l’accélération : Trésorerie au vert, social des agents et confiance des banques locales acquis, le comité Lusinde vise toujours plus haut !


Dans un contexte marqué par des décennies de défis financiers persistants et une demande croissante en électricité, la Société Nationale d’Électricité (SNEL SA) de la République Démocratique du Congo (RDC) entreprend une transformation majeure.

Face à une situation économique complexe et aux contraintes inhérentes à la gestion des infrastructures énergétiques, la SNEL s’est engagée dans une démarche résolue vers la stabilité et la modernisation de son réseau. Ce faisant, elle ouvre la voie à un avenir énergétique plus prometteur pour le pays tout entier. À travers ses projets ambitieux pour l’avenir et les défis à relever pour concrétiser sa vision de transformation, la SNEL entreprend des actions décisives pour l’avenir énergétique de la RDC.


Après des années de difficultés financières, la Société Nationale d’Électricité (SNEL) de la République Démocratique du Congo (RDC) semble, enfin, prendre un nouveau cap vers la stabilité et la modernisation de son infrastructure énergétique. Dans un communiqué récent, la SNEL a partagé ses récentes réalisations ainsi que ses plans pour l’avenir, offrant un aperçu des défis et des opportunités qui se présentent.

L’un des principaux défis mentionnés est la question des ressources financières. La SNEL reconnaît que sans un financement adéquat, il est difficile d’assurer l’exploitation, la maintenance et les investissements nécessaires pour améliorer ses services. Cependant, des progrès significatifs ont été réalisés en 2023, avec un redressement notable de la situation de trésorerie et un arrêt du recours systématique aux lignes de crédit. Cette réussite a permis à la SNEL de regagner la confiance des banques locales, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux financements pour des projets structurants.

Une attention particulière a également été portée au bien-être des employés, avec un engagement à maintenir leur pouvoir d’achat et à soutenir le volet social, notamment à travers la régularisation des journaliers et le soutien au personnel dans le contexte économique post-crise de la COVID-19.

En ce qui concerne l’approvisionnement en électricité, la SNEL a collaboré avec ses clients miniers pour élaborer un plan de stabilisation pour les années à venir. Des mesures sont prises pour améliorer la fiabilité du transport de l’électricité et augmenter la production, notamment par la fiabilisation des installations existantes et la mise en œuvre de nouveaux projets.

Cependant, malgré ces progrès, des défis persistent. La demande en électricité ne cesse d’augmenter, surtout dans les zones urbaines, tandis que l’offre reste limitée, en partie en raison de contraintes de production et des incidents climatiques récents qui ont impacté la disponibilité de l’énergie.

Pour faire face à ces défis, la SNEL envisage des solutions à court et moyen terme. À court terme, l’accent est mis sur l’optimisation de la consommation, avec le déploiement accéléré de compteurs communicants et des mesures visant à rendre les bâtiments publics autonomes grâce à l’énergie solaire. À moyen terme, la construction de nouvelles centrales hydroélectriques est jugée impérative, nécessitant une mobilisation de financements conséquents.

La SNEL se trouve à un tournant crucial de son histoire. Avec des efforts concertés et un engagement renouvelé envers la modernisation et la stabilité financière, l’entreprise est bien positionnée pour répondre aux besoins énergétiques croissants de la RDC et contribuer au développement économique et social du pays.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *