Washington inclut les batteries Li-ion dans la liste des biens produits par le travail des enfants et indexe la RDC

Battérie

Une battérie

Dans la 10e édition de sa « Liste des biens produits par le travail des enfants ou le travail forcé », le département américain du Travail a décidé d’inclure les batteries lithium-ion parmi les 158 biens provenant de 77 pays dont le département a des raisons de croire qu’ils sont produits par des enfants ou du travail forcé en violation des normes internationales.

L’ajout des batteries Li-ion à la liste n’est pas dû à des preuves directes d’abus de main-d’œuvre dans la production finale de ce bien, mais à cause des preuves de l’exploitation humaine dans l’extraction du cobalt , un intrant clé dans la production de la technologie .

« Les informations sont là pour que les entreprises et les consommateurs puissent les exploiter contre les régimes qui promeuvent et soutiennent les pratiques de travail exploitantes », a écrit Thea Mei Lee, sous-secrétaire adjointe aux affaires internationales, dans la déclaration liminaire  du rapport .

L’Organisation internationale du travail estime que 160 millions d’enfants travailleurs et 27,6 millions de travailleurs forcés travaillent dans des conditions abusives.

Parmi eux, 40 000 enfants en République démocratique du Congo qui – selon le rapport – manquent l’école et travaillent pour produire du cobalt pour les batteries lithium-ion . La RDC fournit plus de 70 % du cobalt mondial.

« Des familles entières peuvent travailler dans les mines de cobalt en RDC, et lorsque les parents sont tués par des glissements de terrain ou des puits de mine qui s’effondrent, les enfants deviennent orphelins sans autre choix que de continuer à travailler », indique le rapport. « Des adultes et des enfants sont également victimes de la traite pour travailler dans les mines « artisanales » de l’est de la RDC, où se produisent la plupart des conditions de travail abusives. »

Des enfants aussi jeunes que six ans ont été vus en train de hisser des sacs de 80 livres contenant du minerai de cobalt au-dessus de leur tête et de les transporter vers des installations de traitement. Ils travaillent jusqu’à 12 heures par jour, 24 heures s’ils sont sous terre.

L’extraction du cobalt a lieu sur des sites miniers à grande échelle ainsi que sur des sites miniers artisanaux et à petite échelle dans la région de la «ceinture de cuivre» des provinces du Haut-Katanga et du Lualaba. Les mines artisanales – où les conditions de travail des enfants sont plus courantes – représentent 15 à 30 % de la production de cobalt de la RDC. Une fois extrait, le cobalt des exploitations à petite échelle a tendance à être mélangé à celui de l’exploitation minière à grande échelle et raffiné en vue de l’exportation. 

Le document du DoL souligne qu’en 2020, la Chine a importé 89,4% de son cobalt de la RDC, pour un montant de 2,17 milliards de dollars. Une fois importé, le métal est ensuite affiné et intégré dans les produits chimiques des batteries. 

« La ligne de propriété est claire dans la chaîne d’approvisionnement à ce stade, car la Chine possède ou finance la plupart des mines de cobalt en RDC, et la Chine importe près de 90% de son cobalt de la RDC », note le dossier. « Les entreprises chinoises utilisent du cobalt contaminé par le travail des enfants pour fabriquer des composants de batterie, tels que des cathodes, qui à leur tour sont utilisées pour fabriquer des batteries lithium-ion. Des sources estiment qu’au moins la moitié de tout le cobalt se retrouve dans les piles rechargeables. Cela crée d’énormes risques de main-d’œuvre pour l’industrie électronique, les chaînes d’approvisionnement des véhicules électriques et d’autres biens qui dépendent des batteries lithium-ion.

L’une des principales conclusions du rapport est qu’alors que le monde s’oriente vers la production d’énergie propre et renouvelable, il est important pour les entreprises de suivre la chaîne d’approvisionnement du cobalt en acquérant des connaissances sur les données commerciales, les informations sur les fournisseurs, les itinéraires de transport et les étapes de traitement. 

DESKECO avec MINING.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *