Revue du mardi 23 novembre 2021

On ouvre cette revue de presse avec l’affaire Rossy Mukendi. A la demande des parties civiles, la Cour militaire de Kinshasa – Matete siégeant sur le meurtre de l’activiste pro-démocratie Rossy Mukendi, a autorisé hier lundi lors de l’audience qui s’est tenue à la prison militaire de Ndolo, la comparution d’un médecin légiste et de deux experts en balistique dont l’un de la police et l’autre des FARDC. Ce quitus explique «7SUR7.CD », fait suite à la requête soumise par les parties civiles appuyées par le ministère public pour l’interprétation claire et nette du rapport médico-légal établi après l’autopsie du corps sans vie de Rossy Mukendi.  

Le sit-in des forces politiques et sociales appelées « Bloc Patriotique », prévu hier lundi, devant le siège national de la CENI à Kinshasa, a été étouffé dans l’œuf par des éléments de la police nationale Congolaise, déployés de bonne heure de la matinée, devant presque tous les points d’accès à la commune de la Gombe, rapporte « FORUM DES AS ».

Selon le Général Sylvano Kasongo, cité par « RADIOOKAPI.NET », la police a travaillé avec professionnalisme. Il n’y a eu ni mort, ni blessé s’est réjoui le commissaire provincial de la police de la ville de Kinshasa. Il ajoute par ailleurs que les trois personnes qui avaient été interpellées ont été vite relâchées. 

Pour Hervé Diakese, porte-parole du Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques, cité par « POLITICO.CD », ces dispositifs policiers ont, au contraire amplifié leurs revendications. Car, indique-t-il, tout le pays, le monde entier sait que les citoyens Congolais sont arrivés jusqu’au siège de la CENI qui a été barricadé alors que cette dernière est une institution citoyenne et d’appui à la démocratie.

A travers ces manifestations qui sont programmées tout au long de cette année, le Bloc Patriotique composés des membres de CALCC et de MILAPRO mais aussi de plusieurs plateformes et partis politiques comme le FCC, LAMUKA exigent selon « LE NOUVEL OBSERVATEUR », la dépolitisation de la CENI, des réformes consensuelles sur la composition de la Centrale électorale, l’annulation de la taxe RAM et la requalification de l’état de siège dans l’Est du pays qui jusqu’aujourd’hui n’a pas produit des résultats attendus.

Congo hold-up. La LUCHA appelle à « la révision » de la loi sur le statut des anciens présidents pour permettre de « poursuites pénales » contre Kabila. La structure, souligne « CAS – INFO.CA », l’a dit hier lundi. 

Dans un communiqué parvenu hier lundi à « 7SUR7.CD », le PPRD promet de réagir énergie sur l’attaque contre son leader Joseph Kabila. D’après le PPRD, cette attaque vise tout simplement à travestir l’histoire récente de la RDC.  

Le Ministre de l’EPST, le Professeur Tony Mwaba est attendu le mercredi 01er décembre à l’Assemblée nationale pour faire un état des lieux de la gratuité de l’enseignement. D’après la cellule de communication, relayée par « GRANDJOURNACD.NET », le Ministre de l’EPST va durant cette question orale lui adressée, rencontrer les désidératas des élus du peuple sur l’amélioration du vécu quotidien des enseignants. 

Dans le reste de l’actualité. Environs 624 viols sur mineures répertoriés depuis le début de l’année dans trois zones de santé du Kasaï-Central. Selon « RADIOOKAPI.NET », la Ligue de la zone Afrique pour les droits des élèves a rapporté ce chiffre hier lundi à Kananga, à l’issue d’une étude menée, dans le cadre du projet Fonds humaines.

En société. La circulation était perturbée hier lundi, à la suite de la grève décrétée par les transporteurs de taxi. Selon « RADIOOKAPI.NET », les taximan ont pris la décision d’arrêter le travail pour dénoncer les multiples tracasseries des policiers et des agents de service de transport.  

Joint par « ACTUALITE.CD », Jean Mutombo, président provincial de l’Association des chauffeurs du Congo, n’est pour la démarche des chauffeurs bien qu’il reconnait que le problème de tracasserie est réel et qu’une solution idoine doit-être trouvée.      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *