Revue du jeudi 15 décembre.

Plusieurs journaux parus ce jeudi 15 décembre 2022 reviennent sur les séjours du président de la République, Félix Tshisekedi aux USA au Sommet USA-Afrique où le chef de l’État congolais fait pression diplomatique contre la guerre qui sévit dans la partie EST de la RDC dont le M23 en est responsable et appuyé par le Rwanda.

ACP signe que le Président Félix Tshisekedi, en séjour à Washington, a exprimé, mardi, au cours d’une discussion bilatérale avec les USA, à travers le secrétaire d’État Antony Blinken, le vœu de voir ce pays infliger des sanctions contre le Rwanda, pour son soutien au M23, a appris mercredi l’ACP de la Présidence.
« Les échanges ont porté sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC suite à l’agression injuste de la part des terroristes du M23 soutenus par le Rwanda. La RDC demande aux États-Unis de s’impliquer plus fortement dans la résolution de ce conflit, notamment en prenant des sanctions contre le Rwanda qui soutient le M23« , rapporte la source.
« Les deux parties ont réitéré leur soutien aux deux processus diplomatiques, à savoir le processus de Nairobi et la Feuille de route de Luanda. Les deux pays exigent l’application sans condition des résolutions du mini-sommet de Luanda du 23 novembre instaurant un cessez-le-feu immédiat et le retrait du M23 des positions qu’il occupe en RDC« , a précisé la même source.

7sur7.cd de son côté note que le président Félix Tshisekedi et le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken ont échangé ce mercredi 14 décembre 2022 dans le cadre de la rencontre bilatérale entre la RDC et les États-Unis.
D’après une dépêche de la cellule de communication de la présidence parvenue à la rédaction de 7SUR7.CD, les échanges ont porté sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC suite à l’agression du Rwanda sous couvert du M23.
La même source rapporte qu’au cours de ces échanges, la RDC a demandé aux USA de s’impliquer plus fortement dans la résolution de ce conflit notamment en prenant des sanctions contre le Rwanda qui soutient ce mouvement terroriste.

Forum des As reste sur la même voie et titre en sa Une : « Félix Tshisekedi appelle les USA à faire pression sur Kigali pour faire cesser la violence dans l’Est du pays ». Dans leur échange, souligne ce quotidien, Antony Blinken et Felix Tshisekedi ont fait allusion notamment à la cessation des hostilités, au retrait du M23, à la fin du soutien aux groupes armés, à la condamnation du discours de haine et la reprise des consultations entre le gouvernement congolais et les groupes armés nationaux dans le cadre du Processus de Nairobi. Selon ce tabloïd, le secrétaire d’Etat américain a encouragé le gouvernement de la RDC à dénoncer le discours de haine et l’a exhorté à intensifier ses efforts pour condamner cette rhétorique inacceptable.

La Prospérité révèle qu’à Washington, le le président congolais, Félix Tshisekedi a pris part, à une conférence sur la lutte contre le changement climatique avec le Secrétaire d’Etat américain, M. Anthony Blinken, plusieurs présidents africains et l’envoyé spécial des USA pour le climat, John Kerry. Dans son grand oral prononcé à cette occasion, écrit ce portail, Félix Tshisekedi a souligné l’urgence de l’enjeu climatique, la place centrale de la RDC dans la stratégie mondiale de lutte contre le réchauffement climatique et de transition énergétique, et enfin l’obligation pour les pays industrialisés de tenir leur engagement quant au financement de l’adaptation au changement climatique des pays africains. Ces derniers sont des victimes innocentes des dérèglements du climat. Repris dans les colonnes de ce tabloïd, Felix Tshisekedi estime qu’il y a un désir de produire de l’énergie propre pour soutenir leur développement économique et sortir ainsi du cycle infernal de la pauvreté.

Pour sa part, Le Potentiel fait savoir que la RDC et les USA réitèrent leur soutien à la feuille de route de Luanda. Sans répit, indique ce quotidien, Kinshasa poursuit sa bataille diplomatique pour mettre fin aux velléités expansionnistes de Kigali. C’est ainsi qu’en séjour à Washington, dans le cadre du sommet USA-Afrique, le chef de l’État congolais a porté haut sa voix pour rallier activement le pays de l’Oncle Sam à la cause congolaise. C’est dans ce cadre que Félix Tshisekedi et sa délégation ont mené des discussions bilatérales avec les ÉtatsUnis représentés par le secrétaire d’État, Antony Blinken.

Actualité.cd note pour sa part que président américain Joe Biden a réuni mercredi à la Maison Blanche les dirigeants de six pays africains où se tiendront l’an prochain des élections, que les Etats-Unis surveilleront de près.
Le président du Gabon Ali Bongo, le président du Nigeria Muhammadu Buhari, le président du Liberia George Weah, le président de la Sierra Leone Julius Maada Bio, le président de Madagascar Andry Rajoelina et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi ont été invités, avec leurs délégations, à discuter en petit comité autour de Joe Biden, en marge d’un grand sommet sur l’Afrique se tenant à Washington, a fait savoir la Maison Blanche.
Leurs six pays organisent l’an prochain des élections, les Etats-Unis seront attentifs à ce qu’elles soient « libres, justes et crédibles », avait déjà averti lundi le conseiller à la sécurité nationale du président américain, Jake Sullivan.

7sur7.cd en justice note que l’ancien général des forces de la République démocratique du Congo,Bosco Ntaganda,a été transféré,ce mercredi 14 décembre 2022, dans un établissement pénitentiaire belge pour purger sa peine.

C’est la cour pénale Internationale, CPI où l’ex-chef de guerre était détenu, qui a fait cette annonce à travers un communiqué.
Selon cette instance judiciaire,ce transfert a été mis en œuvre conformément à l’article 103 du statut de Rome, Traité fondateur de la CPI,et aussi l’accord entre cette organisation et le Royaume de Belgique sur l’exécution des peines prononcées.

Radio okapi.net ajoute que « La CPI compte sur le soutien des États pour l’exécution de ses peines et apprécie grandement la coopération volontaire du gouvernement belge dans cette affaire »,a déclaré le greffier de la CPI,Peter Lewis.

M.Ntanganda a été condamné à une peine totale de 30 ans d’emprisonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *