RDC : Exploitation illicite des minerais, Pékin promet des sanctions sévères aux sociétés chinoises indexées

Pékin annonce son soutien au Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) dans la répression des activités minières illégales où certaines sociétés chinoises sont citées. C’est ce qui ressort d’une série de messages postés le mardi 14 septembre 2021 sur Twitter par Wu Peng, cadre du ministère chinois des Affaires étrangères.

Ce dernier indique que les autorités de Pékin ont ordonné aux six entreprises minières chinoises interdites d’activités par le Gouverneur de la province du Sud-Kivu de plier bagage et quitter les sites « dès que possible ».

Ce haut cadre de la diplomatie chinoise annonce aussi des sanctions sévères à l’endroit de toute entreprise chinoise coupable des accusations portées par la RDC.

« En outre, les entreprises concernées seront punies et sanctionnées par le Gouvernement chinois. Les autorités concernées du Fujian et d’autres provinces mènent des enquêtes et prendront des mesures. Nous ne permettrons jamais aux entreprises chinoises en Afrique de violer les lois et règlements locaux », a écrit Wu Peng.

Rappelons que le 20 août 2021, un arrêté signé par l’autorité provinciale du Sud-Kivu a ordonné à BM Global Business, Congo Blueant Minerals, Orientale Ressource Congo, Yellow Water Ressource, New Continent Mineral et Groupe Cristal Service, la suspension de leurs activités minières dans cette entité.

Le Gouverneur du Sud-Kivu reproche à ces entreprises notamment de « faire de l’extraction minière alors qu’elles ne possèdent que des permis d’exploration ». Ce qui ne leur donne pas le droit d’opérer.

Pour certains analystes, cette sortie du Gouvernement chinois peut être interprétée comme une réponse aux critiques grandissantes visant Pékin à propos de son contrôle, jugé parfois illégal, sur les richesses du sous-sol africain par le biais de ses nombreux investisseurs.

La position prise par la Chine intervient dans un contexte où Kinshasa s’est attaqué aux contrats miniers signés entre l’Etat et les investisseurs miniers.

L’accord de 6 milliards USD conclu sous Joseph Kabila avec un consortium d’entreprises chinoises en fait également partie.

Dans cette logique, le Gouvernement de la RDC veut se rassurer que les minerais du pays profitent réellement aux filles et fils du pays.

Olivier KAFORO/Zoom-Eco

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*