Obsèques du haut juge Benoît Lwamba : un acharnement de trop contre la justice congolaise !

Obsèques du haut juge Benoît Lwamba : un acharnement de trop contre la justice congolaise !

1 0
Read Time:3 Minute, 5 Second
les juges de la Cour constitutionnelle prêtant serment devant la nation

Accuser les juges de la cour constitutionnelle de détournement ne peut être qu’objet de mauvaise foi ou d’un acharnement contre la justice congolaise. S’apprendre à ces hauts magistrats qui n’ont souffert de faim comme le commun des mortels, si pas, des politiciens congolais véreux, serait une parjure à un état aussi grand que la République Démocratique du Congo.

Décidément, le virus du détournement qui a rattrapé même les artistes congolais tente de chercher une issue au sommet des institutions.

En effet, depuis le début d’après midi de ce samedi 29 janvier, quelques pamphlets de mauvais goût, retrouvés dans les réseaux sociaux, ont été relayés par certains médias à mal de positionnement comme on peut le lire dans ce petit extrait récupéré par tout le monde :

« Sur 450.000 $ sortis, seulement 150.000 $ ont été remis à la famille qui a refusé de prendre obligeant la totalité, et 300.000 $ ont été détourné. La famille Luamba pointe du doigt à la cour constitutionnelle et au ministère des Finances tout en sollicitant l’implication du président de la République ».

Un acharnement de trop

L’opinion retiendra que l’arrivée de l’actuel bureau de la cour constitutionnelle avait suscité plusieurs commentaires à l’encontre des animateurs de cette haute cour.

Tout compte fait, la famille du défunt haut juge de la Cour constitutionnelle, Benoît Lwamba, mort à Bruxelles, n’a pas exhibé un document officiel attestant les allégations collées aux prestigieux juges de la cour constitutionnelle qui ont prouvé à la face du monde qu’ils restent au milieu du village, l’affaire Matata Ponyo en est une illustration.

Il faut chercher le diable loin de l’immeuble abritant cette prestigieuse institution à respecter dont voici le profil des animateurs ne souffrant d’aucun souci de survie :

Dieudonné KALUBA DIBWA, Président de la Cour constitutionnelle et du Conseil supérieur de la Magistrature, Avocat au barreau près la Cour de cassation et le Conseil d’Etat de 2016 à 2020, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, Membre de la Cour constitutionnelle depuis le 17 juillet 2020.

Évariste-Prince FUNGA MOLIMA MWATA​,Magistrat de carrière, ancien assistant, ancien chargé de cours, ancien Secrétaire académique de la Faculté de Droit de l’Université de Kisangani, ancien Président à la Cour suprême de justice, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 07 juillet 2014, Président de la Cour constitutionnelle ad interim du 10 juillet 2020 au 20 avril 2021.

Corneille WASENDA N’SONGO,

Avocat au barreau près la Cour de cassation et le Conseil d’Etat, ancien Député national, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 07 juillet 2014.

Jean-Pierre MAVUNGU MVUMBI-di-NGOMA,

Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, ancien Ambassadeur, ancien Directeur de cabinet du Président de l’Assemblée nationale, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 31 mars 2015.

Norbert NKULU KILOMBO, MITUMBAAvocat au barreau près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe, ancien Conseiller du Chef de l’Etat, ancien Ambassadeur, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 14 mai 2018.

François BOKONA WIIPA BONDJALI,

Avocat au barreau près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, ancien Député national, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 14 mai 2018.

Polycarpe MONGULU T’APANGANE,

Procureur général de la République émérite, ancien Sénateur, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 11 juin 2018.

Alphonsine KALUME ASENGO CHEUSI, Magistrate de carrière, ancienne Conseillère à la Cour suprême de justice et au Conseil d’Etat, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 17 juillet 2020.

Dieudonné KAMULETA BADIBANGA,

Magistrat de carrière, ancien Conseiller à la Cour de cassation, Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 17 juillet 2020.

Sam Nzita

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité justice société Societe kinshasa