Monde: Poutine recourt à Jésus Christ pour dénoncer la dépravation des mœurs organisée par les Etats Unis :  » vous les reconnaîtrez par leurs œuvres »!

Les 35 minutes d’allocution du Président Russe, Vladimir Poutine, de ce vendredi 30 septembre, restera, à jamais, une importante interpellation pour le monde en mutation. Le chef du Kremlin a abordé un aspect très révélateur. Celui que l’on qualifie d’un homme le plus sanguinaire du 20e siècle et 21e siècle, n’en n’est pas un.

Seulement voilà, celui ci s’est révélé plus humain que l’on ne le croyait.

Poutine n’est pas allé par le revers de la main pour dénoncer la dépravation des mœurs organisée par les USA en imposant aux sociétés humaines plusieurs modifications dans la nature humaine, contrairement, à ce qui est recommandé par la parole de Dieu.

Il a , en effet, évoqué la question de transgenre qui est une abomination. C’est ainsi que, ce chrétien de l’église orthodoxe, n’a pas mâché des mots pour recourir à une citation de Jésus Christ, Dieu et fils de Dieu :

 » Vous les reconnaîtrez par leurs œuvres » , a-t-il déclaré dans son allocution de ce vendredi à l’occasion de l’annexion des quatre régions à la fédération de la Russie.

Retour sur l’allocution de Poutine

Lors de son discours au Kremlin, vendredi 30 septembre 2022, Vladimir Poutine a livré une lourde charge contre l'Occident.
Lors de son discours au Kremlin, vendredi 30 septembre 2022, Vladimir Poutine a livré une lourde charge contre l’Occident. Dmitry ASTAKHOV / SPUTNIK / AFP

Le président russe a tenu, ce vendredi, un discours au Kremlin consacré à l’annexion de quatre régions d’Ukraine, à la suite des « référendums ».

Une simple formalisation. Le président russe Vladimir Poutine a officialisé ce vendredi 30 septembre, à Moscou, l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, à la suite de « référendums » largement dénoncés par Kiev et ses alliés occidentaux. « Nous signons aujourd’hui un accord sur l’intégration » de ces régions à la Russie, a déclaré au Kremlin Vladimir Poutine devant le gouvernement, les députés et sénateurs, et d’autres représentants de l’Etat russe.  

Durant près de quarante minutes, le maître du Kremlin a surtout livré une lourde charge contre l’Occident, avant la cérémonie de signature des accords en présence des quatre dirigeants prorusses de ces territoires contrôlés en totalité ou en partie par Moscou, qui ont signé tour à tour les documents d’annexion. 

Les habitants des régions ukrainiennes annexées seront « nos citoyens pour toujours »

Les habitants des régions annexées du sud et de l’est de l’Ukraine, Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijia, seront « nos citoyens pour toujours », a déclaré le président russe. « Les gens ont voté pour notre avenir commun », a-t-il ajouté. 

« Les gens ont fait leur choix et c’est leur droit inaliénable d’autodétermination des peuples porté par l’ONU », a lancé le président Russe. Pour justifier son annexion, il a ainsi prétexté « l’article premier de l’ONU sur l’autodétermination », alors que la Charte des Nations unies reconnaît explicitement le « principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes ». Le maître du Kremlin a également mis en garde : « Nous allons défendre nos terres par toutes nos forces et tous nos moyens, nous allons garantir la sécurité de nos peuples. » LIRE AUSSI >> Guerre en Ukraine : l’armée russe peut-elle tenir ? Les 4 scénarios sur la suite du conflitcid:[email protected]

Deux heures plus tôt, ce vendredi, le Kremlin avait indiqué devoir encore « clarifier » si la Russie annexait la totalité des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijia ou uniquement les parties qu’elle occupe. « En ce qui concerne (les frontières) des régions de Kherson et Zaporijia, je dois clarifier », avait déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Les deux autres régions de Donetsk et Lougansk seront, elles, annexées dans leur totalité, Moscou ayant reconnu la souveraineté de régimes séparatistes prorusses fin février, juste avant l’assaut russe contre l’Ukraine. 

Carte des territoires ukrainiens dont la Russie a officiellement annoncé l'annexion ce vendredi 30 septembre 2022.

Poutine appelle Kiev à « cesser immédiatement les hostilités »

Vladimir Poutine a par ailleurs appelé ce vendredi l’Ukraine à « cesser immédiatement les hostilités » et « à revenir à la table des négociations ». 

« Nous sommes prêts à discuter mais nous n’allons pas discuter du choix des habitants de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia », a-t-il ajouté. « C’est le seul chemin vers la paix », a-t-il poursuivi.  

Nord Stream : les Occidentaux accusés d’être à l’origine des « explosions » à l’origine des fuites

Le chef de l’Etat russe a par ailleurs accusé les Occidentaux d’être à l’origine des « explosions » qui ont provoqué des fuites importantes dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, construits pour acheminer le gaz russe en Europe. 

« En organisant des explosions sur les gazoducs internationaux qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont en réalité commencé à détruire l’infrastructure énergétique européenne », a fustigé Vladimir Poutine imputant ce « sabotage » aux « Anglo-saxons ». Selon le président russe, les Etats-Unis « font pression » sur les pays européens pour qu’ils coupent complètement leur approvisionnement en gaz russe « afin de s’emparer (eux-mêmes) du marché européen ». 

Pour Poutine, l’Occident voit la Russie comme une « colonie »

Le président russe a en outre assuré que son pays « n’aspire pas » à restaurer l’URSS, malgré l’offensive en Ukraine et l’annexion de quatre régions ukrainiennes. « L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas », a déclaré le chef de l’Etat. Mais il a affirmé que Moscou refusait le « diktat » imposé, selon lui, par l’Occident, les Etats-Unis en tête, après l’effondrement de l’Union soviétique. 

Selon Vladimir Poutine, « l’Occident est prêt à tout pour préserver le système néocolonial qui lui permet de parasiter et, en réalité, de piller le monde entier ». « Ils veulent nous voir comme une colonie », a-t-il encore fustigé. « L’Occident a décidé que la Russie ne se remettrait pas de tous ces bouleversements et s’effondrerait d’elle-même, […] et est prêt à tout pour préserver le système néo-colonial qui lui permet de parasiter et, en réalité, de piller le monde entier », a ajouté le président russe. « Ils veulent nous voir comme une colonie », a-t-il encore fustigé. Selon lui, Washington cherche à imposer sa volonté dans le monde via « la force brute » et le « droit du poing ».

Il a rappelé que les Etats-Unis étaient le seul pays au monde à avoir employé « deux fois l’arme atomique », alors que le Kremlin a menacé de défendre les régions annexées en Ukraine en usant de la bombe nucléaire. De manière générale, Vladimir Poutine a soutenu que l’Occident avait un comportement ayant « les traits d’un satanisme explicite ».  

Avec L’Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *