Les partenaires invités à appuyer la réforme de la Justice en RDC

Attitude de la ministre de Justice, Rose Mutombo durant la rencontre

Les partenaires de Nations unies dans le secteur de la justice ont été invités, lors d’une réunion tenue par visioconférence depuis New-York, à appuyer le programme de la Réforme de la Justice en RDC, a appris dimanche l’ACP du ministère de la justice.

« Je profite donc de cette occasion pour lancer un appel vibrant à tous nos partenaires qui s’intéressent au secteur de la justice de mobiliser d’avantage les bailleurs des fonds en vue d’appuyer car elle reste en soi, une colonne vertébrale de la restauration de l’Etat de droit pour chaque Etat, une expression de l’autorité et un garant des droits et libertés fondamentaux des citoyens », a fait savoir la ministre d’Etat Rose Mutombo, dans son discours  prononcé, à l’occasion du 10ème anniversaire de « Global focal point mondial », une Cellule de coordination des activités policières, judiciaires et pénitentiaires pour la promotion de l’Etat de droit.

« Cette célébration a coïncidé avec la mise en œuvre du Programme Conjoint des partenaires du système des Nations Unies, le PNUD, la MONUSCO et le BCNUDH, dans le cadre d’appui à la Réforme de la Justice en RDC durant la période allant 2022 à 2024 », affirme la source.

Plusieurs résultats attendus du partenariat

Il s’agit, a-t-elle souligné,  de la mise en œuvre d’un nombre bien défini d’activités retenues consistant à apporter un appui aux efforts entrepris par le gouvernement en faveur du souhait exprimé par le programme Point Focal Mondial qui a assuré un accompagnement des priorités phares de la mission politique actuelle.

« Ce partenariat devra atteindre quatre résultats notamment l’amélioration du pilotage de la Politique Nationale de Réforme de la Justice ; l’amélioration de la recevabilité des acteurs de la chaîne pénale ainsi que l’amélioration de l’administration de la justice à travers le renforcement des institutions de la chaine pénale dans la poursuite des infractions, avec un accent sur les crimes de droit international et les violations sexuelles commises en période de guerre », a soutenu Rose Mutombo.

Pour la ministre d’Etat, le besoin dans l’amélioration de l’administration de la justice est donc plus grand et plusieurs défis restent à relever, plus particulièrement dans le secteur pénitentiaire où l’on constate notamment la vétusté des infrastructures et l’insuffisance du personnel.

 « Tant il est vrai que notre pays, comme l’humanité toute entière, souffrent des affres de l’injustice, je peux vous assurer au nom du gouvernement, que la RDC ne ménagera aucun effort pour poursuivre, avec l’appui de ses partenaires, la réforme de la justice déjà entamée », a-t-elle conclu son propos.

Ces échanges en visioconférence ont eu lieu, en  présence des Représentants des Pays-Bas et de Sierra Léone auprès de l’Organisation des Nations Unies ; du Secrétaire Général Adjoint aux opérations de paix ; du Représentant du PNUD et  de différents invités, note-t-on.

ACP/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *