LES BINATIONAUX, DES CITOYENS NON OU PEU SÛRS( une tribune de MUSENE SANTINI BE-LASAYON )

Moïse Katumbi

Les citoyens qui se respectent ne laissent jamais le poste le plus important et le plus prestigieux de leur pays, celui de Président de la République et Chef de l’Etat ou de Premier ministre et Chef de gouvernement, à des citoyens non ou peu sûrs comme les binationaux ou les multinationaux.

Ainsi se comportent, conformément à leur Constitution, les Américains, les Britanniques, les Français, les Allemands, les Canadiens, les Russes, les Japonais, les Chinois, les Indiens, etc.

C’est ce que, en Afrique, les Sud-Africains avaient déjà compris avant leur accession à la souveraineté nationale et internationale. C’est ce que les Comoriens viennent de comprendre. Ils viennent de décider, après avoir vécu mille et une aventures de la part des fameux binationaux et autres multinationaux, de ne plus les laisser se porter candidats à la présidence de la République.

En effet, les binationaux ou multinationaux ressemblent, généralement, aux caméléons. Ils changent toujours de couleur et de comportement selon les contextes et surtout d’après leurs intérêts particuliers. Dès qu’un binational rencontre un problème important dans l’un de « ses » pays, il l’abandonne sans aucun soucis. Il se réclame immédiatement appartenir, sans aucune gêne, à un autre pays, donc à une autre nationalité. La Rd-Congo a connu et vécu ce genre de cas avec l’un de ses anciens ministres du commerce extérieur.

Or, le Président de la République et Chef de l’État ou le Premier ministre et Chef de gouvernement est le symbole suprême du patriotisme, de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale. Il ne doit, en aucun cas, se comporter comme un caméléon.

Les binationaux ou multinationaux ne sont pas à confondre avec des citoyens d’origines étrangères qui ont définitivement et honnêtement abandonné leur nationalité d’origine ou la nationalité d’origine de leurs parents respectifs. C’est le cas, par exemple, de Nicolas Sarkozy. Né, en France, d’un père français d’origines juives-hongroises et d’une mère française d’origines juives greco-egyptiennes, il a choisi, honnêtement et profondément, la nationalité française. Et, jusqu’à preuve du contraire, il n’a qu’une nationalité, la nationalité française.

Les vrais citoyens, fiers et jaloux de leur nationalité, ne multiplient pas les nationalités. Au contraire, ils préservent et protègent leur nationalité et leur pays.
MUSENE SANTINI BE-LASAYON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *