L’agression de la RDC par le Rwanda : les congolais appelés à boycotter les lX es jeux de la Francophonie

L’État hôte des IXes Jeux de la Francophonie de 2023 est la République démocratique du Congo (RDC). La 9e édition des Jeux de la Francophonie se tiendra du 28 juillet au 6 août à Kinshasa.

Le Conseil permanent de la Francophonie (CPF) réuni en session extraordinaire le 8 février 2022 a pris la décision de reporter les IXes Jeux de la Francophonie en 2023.

Après Rabat et Casablanca (Maroc, 1989), Paris (France, 1994), Antananarivo (Madagascar, 1997), Ottawa et Hull (Canada, Canada-Québec, 2001), Niamey (Niger, 2005), Beyrouth (Liban, 2009), Nice (France, 2013) et Abidjan (Côte d’Ivoire, 2017), c’est donc la ville de Kinshasa de la République Démocratique du Congo qui accueillera en 2023 les meilleurs jeunes talents artistes et sportifs francophones lors des IXes Jeux de la Francophonie.

Cependant, cette organisation qui privilégie le dialogue et la solidarité entre ses membres n’a pas multiplié d’efforts pour appelé le Rwanda à retirer ses troupes du territoire congolais depuis la tension qui règne entre ces deux pays membres dont la rwandaise et ancienne ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, est actuellement la secrétaire générale.

Devant cet impasse, certains observateurs pensent que les congolais devraient boycotter les IX es jeux de la Francophonie attendus en 2023

Pour certains congolais ça ne sert à rien de se retrouver sur un terrain de jeu avec ses agresseurs rwandais, faisant semblant que tout va bien :

 » boycotter ces jeux sera un signal fort à toutes ces organisations internationales qui pensent que le Congo ne mérite pas la paix et qu’il faut toujours le distraire par des jeux », déclare un congolais.

Quid Francophonie ?

Le 20 mars célèbre chaque année la journée internationale de la francophonie. Cette journée a été créée en 1988 par les membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, qui réunit dans une même institution les pays qui, d’une façon ou d’une autre, défendent les intérêts de la langue française.

Quel est le poids du français dans le monde?

Avec 274 millions de personnes qui parlent le français sur les cinq continents, la langue de Molière est la cinquième langue la plus parlée dans le monde. Cela représente environ 4% de la population mondiale, soit près d’une personne sur 26! La France est le premier pays francophone, avec ses quelque 68 millions de locuteurs/trices et est suivie par la République démocratique du Congo, où ils et elles sont 33,2 millions à s’exprimer en français. Au Canada, nous sommes quelque 10 millions à parler français. Bien peu en comparaison des 82,6 millions de personnes francophones qui vivent sur le continent africain. Grâce à la croissance démographique, nous pourrions être 700 millions de francophones dans le monde en 2050,dont 85% seront en Afrique.

Qu’est-ce que l’Organisation internationale de la Francophonie?

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est une organisation internationale qui existe depuis 1970 – autrefois sous le nom d’Agence de coopération culturelle et technique. Organisme de coopération internationale, elle s’est fixé 4 missions principales : la promotion de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique; la promotion de la paix et des droits humains; l’appui à l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche; et le développement de la coopération au service du développement durable.

84 États en sont membres ou observateurs : il n’est pas nécessaire d’avoir le français comme langue officielle pour adhérer, il suffit de faire « la démonstration détaillée d’une situation satisfaisante de l’usage du français ». Ainsi, aux côtés du Canada, de la France, du Mali ou encore de la Côte d’Ivoire, on peut y voir d’autres pays dont la présence est plus surprenante, tels le Qatar ou encore le Mexique. Ils ne sont certes pas membres, mais observateurs. On peut néanmoins s’interroger sur leurs motivations d’adhésion : amour de la langue française ou intérêt diplomatique?

La francophonie; langue de solidarité…et d’opportunités économiques?

L’Organisation internationale de la francophonie s’est construite autour de la langue française, mais met également de l’avant des valeurs communes : promotion de la paix, démocratie, droits humains. Au-delà de ces beaux principes, le poids de la francophonie s’estime également en termes plus sonnants et trébuchants : représentant 16% du Produit intérieur brut (PIB) mondial, elle englobe 20% des échanges commerciaux.

La Francophonie institutionnelle souffre ainsi de nombreuses critiques; parmi elles, celle d’être une forme de néocolonialisme. Pourtant, l’organisation internationale de la francophonie est l’un des moteurs de la promotion de la diversité culturelle et de la pluralité linguistique, et s’est battue pour la reconnaissance de l’exception culturelle dans certains accords de commerce par exemple. En outre, la langue française est également la deuxième langue la plus apprise dans le monde, après l’anglais et est, tout comme l’anglais, le seul idiome présent sur les cinq continents. Le français est également souvent un contrepoids au monopole de l’anglais dans les organisations internationales.

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.