Kinshasa: une ville envoûtée selon plusieurs serviteurs de Dieu(vidéos)

Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, une mégapole avec plus de 1500 âmes qui s’ajoutent chaque jour, fuyant la misère, l’insécurité, le noir, car celle-ci reste le seul endroit où l’on peut voir la lumière, peut être avoir un repas par jour, pourquoi pas fuir les Mobondo, M23, et autres bandits.

Dès qu’elle avait réussi aux examens d’état, une jeune fille venant de Kutu , province de Mandombe, non loin de Kinshasa, fut éblouie par la lumière retrouvée à Kinshasa, car c’était sa première fois depuis sa naissance. Cette ville qui fut la plus belle de l’Afrique centrale, selon le feu Monsieur Maurice Plevoets, l’un des bâtisseurs de l’université de Kinshasa, ancien Lovanium, a perdu toute sa splendeur d’antan.

« Kin la belle’ , tant vantée par plusieurs artistes de renom comme le Camerounais Francis Bebey est devenue méconnaissable en plein 21e siècle. Avec ses moto cyclistes qui jaillissent de partout comme une légion romaine.L’on se croirait en Galilée de l’époque de Jésus le Nazaréen.

Un carrefour des esprits malins

Selon plusieurs serviteurs de Dieu, au delà de son apparence d’une ville chrétienne faite des nombreuses églises de réveil, Kinshasa serait visité par plusieurs esprits maléfiques.

Une interaction des esprits qui justifierait le piètre état que présente cette mégapole où cohabitent, désormais, plusieurs cultures africaines, indo-israelo-chino- libano-pakistano-palestino-russes sans oublier les occidentaux qui tiennent encore à cette ville.

L’un de ces serviteurs de Dieu dit que l’insalubrité observée dans la capitale peut avoir aussi une symbolique spirituelle :

 » la saleté n’est pas Dieu. La Sainteté va avec la pureté et la propreté. Un esprit saint dans un corps saint. Le niveau l’insalubrité observée à Kinshasa doit avoir une explication qui dépasse le physique, donc, c’est spirituel« .

La première personnalité avoir lancé une telle observation est l’ancienne DGA de la SNEL SA, Madame Tokwahulu Bernadette. Elle avait, dans un message tweet, confirmé que les immondices observées dans les grandes artères de la ville ne sont que des lieux de rendez-vous des grands esprits diabolo-sataniques.

D’où, il fallait commencer par changer les dirigeants qui sont toujours et encore dans ces pratiques.

Un autre serviteur confirme ce qui suit :

 » Nous sommes dirigés par des personnages trempées dans des loges mystiques. Lors de l’investiture du chef de l’état, le pasteur titulaire de l’Eglise Philadelphie où prie le président de la République en avait eu pour son compte et n’avait pas pu terminer la cérémonie. Il s’était vite sauvé après sa prière demandant à Dieu de débarrasser le chef de l’état de toutes ces personne au service du diable « .

Tout compte fait, l’on peut juste partir de l’observation pour constater que la capitale de la République Démocratique du Congo ne respire plus comme il y a 30 ans. Le surnombre d’habitants peut bien justifier cela mais l’aspect spirituel semble se justifier avec ces immeubles, supermarchés et autres complexes qui poussent au milieu de la crasse. Quand les pluies s’abattent sur la ville, les pauvres kinois ne savent plus à quel saint se vouer. On compte même des morts comme ce fut le cas le mercredi dernier. Des voitures entières ont été emportées dans les rivières de Kinshasa.

Comment comprendre qu’avec autant des moyens mis à la disposition du gouvernement et des autorités de la ville, rien n’a changé depuis l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir ? L’opération « zéro trou » s’est soldée par  » mille trous » et le ministre des infrastructures très vanté par certains médias.

Quand le cardinal Ambongo s’y mêle

Un prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa a confié à ses proches que parmi les raisons qui ont créés de l’animosité entre l’actuel président de la République et l’archevêque de Kinshasa figure la question de l’insalubrité à Kinshasa. Mgr Fridolin Ambongo s’est plusieurs fois plaint de l’insalubrité dans sa province ecclésiastique en fustigeant l’indifférence des autorités actuelles qu’il a toujours traité d’égoïstes, roublards, arrogants.

Et un autre serviteur de Dieu de conclure :

 » vous avez suivi avec moi les images transmises en direct par la télévision nationale lors de la cérémonie d’investiture du chef de l’état. La ville est vraiment sale, sauf que l’on remarque bien que le premier citoyen congolais s’en accommode et c’est chaque jour qu’il passe dans la saleté« .

Don Petit N’kiar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *