Entreprises publiques : Bahati Lukwebo n’est auteur d’un quelconque blocage !

Bahati Lukwebo, Président du Sénat congolais

Contrairement à des messages qui circulent dans les réseaux sociaux faisant état d’un blocage de la désignation des mandataires des entreprises publiques par l’actuel président du Sénat et chef de fil de l’Afdc-A, le Professeur Bahati Lukwebo Modeste, ce dernier n’est pour rien.

C’est vraiment mal connaître cette grande âme et homme politique pour l’accuser de tout retarder pour avoir la part du lion comme rapporte un tweet du président de l’association des journalistes kinois, John LUNGWILA.

C’est à cet effet que le communicateur de l’afdc-A et ancien journaliste, Bellarmin Byamungu, vient de recadrer son ancien confrère sur ces allégations sans tête ni queue allant jusqu’à associer les députés nationaux qui seraient auteurs de la dite déclaration:

 » John LUNGWILA, la machine de l’intox et le dénigrement à la solde d’une force manipulatrice obscure bien connue. BAHATI LUKWEBO n’a jamais participé à une réunion de partages de mandataires des entreprises publiques. L’ignorance est un vice. Informe-toi« .

Ce qu’il faut révéler dans cet aspect des choses est que , souvent, les congolais ont la mémoire courte.

En effet, s’il y a une personne qui s’est battu bec et ongles pour trouver une majorité dans les deux chambres du Parlement pour Félix Tshisekedi, c’est bien cette grande figure et grand homme politique congolais Modeste Bahati Lukwebo.

On l’a vu au four et au moulin partout jusqu’à se mouiller sa chemine. Son équipe composée de ses fidèles collaborateurs ont accompagné leur chairman jours et nuits bravant les aléas du couvre-feu.

On peut citer quelques uns dont son nouveau Directeur de cabinet, Rémy Musangay; l’actuelle Ministre du Portefeuille Adèle Kahinda; Sandra Nyangi , Bellarmin Byamungu, Jimmy Mukelenge du côté de la communication et presse ; Pichou Muzaliwa; Atsheni Lukwebo; JP Kalala du côté des alliés sans oublier ses deux malabards de garde du corps.

Pichou Muzaliwa entouré des quelques fidèles à Bahati Lukwebo après le dépôt du ticket de l’Union sacrée au Sénat

Ce serait très tôt et ingrat de jeter de l’opprobre sur une personne d’une aussi grande envergure pour un pays en pleine mutation qu’il faudrait désormais jalousement protéger comme une réserve de la République.

Qui dit mieux ?

Don Petit N’Kiar

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*