Célébration 125 ans d’évangélisation : Bref aperçu historique et perspectives d’avenir de l’archidiocèse de Kisangani

L’archidiocèse de Kisangani célèbre ses 125 ans d’évangélisation cette année. Une messe d’action des grâces sera dite à l’intention de la communauté Boyomaise ce dimanche 18 septembre à la paroisse ND de Fatima à Kinshasa. La rédaction de sphynxrdc.com revient ici sur cette province ecclésiastique de L’Église Catholique Romaine qui fut et restera parmi les rares contrées de la République démocratique du Congo où la Parole de Dieu a été, favorablement, accueillie par une population multi-etnique dont les fruits des premiers missionnaires sont parsemés à travers le monde. Une vraie terre de la mission. C’est de cette province ecclésiastique d’où est détaché l’actuel diocèse de Wamba que provient la Bienheureuse Vierge et Martyr Anuarite Nangapeta, alors , sœur de la congrégation Jamaa Takatifu(Sainte Famille).

Kisangani, terre de l’évangélisation

Le 25 mars 1879, Rome confie à la très jeune congrégation des Prêtres du Sacré – Cœur de Jésus (SCJ), fondée en 1878 par le Père Jean-Léon Dehon, l’évangélisation de l’immense région des Falls, étendue de Basoko aux Montagnes Bleues et de la Lomami à la rivière Aruwimi : environ 250.000 Km2. Aucun missionnaire n’y était jamais arrivé, notamment à cause du climat meurtrier, de la forêt équatoriale impénétrable. En effet, les seules voies pour y accéder étaient le fleuve Congo, les rivières et quelques sentiers. En plus, la rébellion armée des Batetela, les razzias esclavagistes des Arabes et Arabisés y rendaient toute permanence humaine précaire.
 
Le 21 septembre 1897, les deux premiers missionnaires, les Pères  Gabriel Grison et  Gabriel Lux,  arrivent à Kisangani, alors Stanley – Falls. Ils étaient sous la juridiction de Mgr Van Ronslé, des Pères de Scheut. Dès les premiers jours, le P. Grison se met à explorer la zone à la recherche d’un coin convenable à l’emplacement de la première mission. Il choisit Simi-Simi, qu’il baptisera Saint Gabriel, situé à plus ou moins 6 kilomètres de Kisangani, en aval du fleuve Congo. C’est de Saint Gabriel que rayonnera l’évangélisation en amont du fleuve Congo et de la rivière Aruwimi, jusqu’à Basoko, Beni et aux pieds du Ruwenzori.


Le 3 août 1904, Kisangani est érigée en Préfecture Apostolique ; le 12 mars 1908 elle devient Vicariat Apostolique de Stanley – Falls ; le 10 novembre 1959 elle prend le nom de Archidiocèse de Stanley Ville et le 30 mai 1966 elle prend l’appellation de Archidiocèse de Kisangani.

Le territoire occupé par l’Archidiocèse a été plusieurs fois divisé en plusieurs entités, notamment :

Cathédrale Notre-Dame du Très Saint Rosaire de Kisangani


– Le 11 août, par la cession d’Irumu au Vicariat Apostolique du Lac Albert ;
– Le 9 avril 1934 par le détachement de la mission de Butembo – Beni, aujourd’hui diocèse du même nom ;
– Le 10 mars 1949 par le détachement du Vicariat Apostolique de Wamba, aujuord’hui diocèse de Wamba ;
– Le 23 avril 1956, par la cession de plusieurs Missions au Vicariat Apostolique de Kindu.
 
L’Archidiocèse de Kisangani, sous ses différentes appellations, a été tour à tour confié aux autorités ecclésiastiques ci-après :

1. Préfet Apostolique :          Gabriel GRISON (1904 – 1908)

2. Vicaires Apostoliques :      Gabriel GRISON ( 1908 – 1934)

          Camille VERFAILLIE (1934 – 1958)

          Nicolas KINSH (1958 – 1959)

3. Archevêques :            Nicolas KINSH ( 1959 – 1968)

    Augustin FATAKI ALUEKE ( 1968 – 1988)

    Laurent MONSENGWO PASINYA (1988 – 2007)

Marcel UTEMBI TAPA (2008 à nos jours)

Mgr G. Grison, le pionnier





       Mgr G. Grison                       Mgr C. Verfaillie                              Mgr N. Kinsh                               Mgr A. Fataki


    Mgr L. Monsengwo Pasinya            

                                                     

Mgr M.Utembi Tapa

Perspectives d’avenir

L’archidiocèse de Kisangani compte sur le plan pastoral 70 prêtres diocèsains, plusieurs congrégations religieuses dont les missionnaires de scheut, les Comboniens, des Soeurs franciscaines, Pauliniennes, des frères maristes, etc.

Dans une intervient accordée à la très sérieuse revue catholique éditée par les missionnaires Comboniens, Afriquespoir, le numéro un de cette province ecclésiastique, Mgr Marcel Utembi Tapa, actuel président de la Cenco, avait reconnu que son église avait des difficultés énormes sur le plan financier alors que plusieurs projets sont à réaliser dont des nouvelles écoles, centres médicaux, nouvelles paroisses, etc. Cet infatigable pasteur n’a cessé d’appeler au soutien des uns et des autres pour la réalisation de ces projets surtout que l’archidiocèse de Kisangani a eu son autonomie et ne dépend plus de Rome.

Avec le soutien de son nouveau Vicaire général, Mgr François Mwarabu, plusieurs autres projets ont été initiés et n’attendent que l’apport de certains bienfaiteurs, l’église devant se prendre en charge elle même à travers ses fidèles.

Il faut souligner que, comme la plupart des diocèses de la partie est de la République démocratique du Congo, l’église catholique de Kisangani n’a pas échappé aux affres de la guerre dont « la guerre de six jours ». On peut encore observer les stigmates de cette affreuse guerre imposée aux congolais par ses voisins rwando-ougandais depuis 25 ans.

Un nouveau souffle à la tête de la province

La célébration de ce dimanche 18 septembre à ND de Fatima s’avère une occasion importante pour la mobilisation de la communauté Boyomaise de Kinshasa à soutenir son église locale. Ce sera aussi une occasion de rappeler à la diaspora Boyomaise que l’on n’est mieux que chez soi.

Avec l’avènement d’une nouvelle figure à la tête de cette province, Madeleine Nikomba, initiatrice de  » Tshopo il faut ebonga », il y a lieu d’interpeller tous les investisseurs Boyomais d’oser chez eux,car, qui ne risque rien, n’a rien.

Bonne fête jubilaire !

Shynxrdc.com et le site officiel de l’archidiocèse de Kisangani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.