Après le Zimbabwe, John Numbi aux Caraïbes ?

Des informations persistantes en circulation sur la toile congolaise font état de la présence du Général quatre étoiles John Numbi dans les Caraïbes, plus précisément au pays de Fidel Castro, le Cuba. On rappelle qu’il n’y a pas longtemps, le galonné des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), en disgrâce à cause de son attitude de rébellion clairement affichée depuis le changement intervenu à la tête du pays, le 24 janvier 2019, était signalé au Zimbabwe, après sa fuite en toute clandestinité de la RDC par la ville de Lubumbashi, où il résidait dans sa ferme située dans la périphérie.

Pendant que le pouvoir judiciaire, qui venait de lancer un avis de recherche à son endroit en alertant tous les services habilités en vue de mettre la main sur le fugitif, était occupé à vérifier les informations faisant état de sa présence au Zimbabwe, afin d’actionner le processus de son extradition, voilà qu’on signale que John Numbi ne serait plus au pays de Robert Mugabe !

Selon les mêmes sources, le Zimbabwe, présenté au départ comme un éventuel pays d’asile du fugitif, aurait trouvé son hôte trop encombrant pour l’accueillir sur son sol. De la même manière, indique-t-on, aucun pays africain ne serait prêt à héberger John Numbi, qui a des ennuis judiciaires sur son sol en ce moment où le Président Congolais, Félix Tshisekedi, est aux commandes de l’Organisation continentale, Union Africaine (UA).

On rappelle que John Numbi est le suspect numéro un dans l’assassinat ayant coûté la vie en juin 2010 au militant de la défense des droits de l’homme Floribert Chebeya et son chauffeur, Fidèle Bazana. Surtout les dernières révélations semblent le clouer.

En dehors du dossier de l’assassinat de Floribert Chebeya et son chauffeur, de lourds soupçons pèsent également sur John Numbi dans les attaques répétées menées maintes fois sur la ville de Lubumbashi par la nébuleuse milice dénommée «Bakata Katanga». Son bras droit ou l’homme des opérations fut arrêté en août 2020 à Lubumbashi et ramené sous escorte à Kinshasa où il se trouve incarcéré à la prison militaire de Ndolo.

Comme on peut le constater, l’homme qu’on disait fort hier et se croyait lui-même intouchable en se permettant de commettre des exactions sur ses compatriotes, jusqu’à l’atteinte de la sûreté de l’Etat, est devenu curieusement fugitif, à la recherche des terres d’asile pour vivre. Le passé nous rattrape. Vivement l’État de droit.

Dom/Le Phare

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.