Société : les piqueurs des coqs très actifs dans les coins et recoins de la capitale Kinshasa (vidéo)

Un voleur de poules

Une pratique qui a disparu il y a quelques années depuis l’arrivée des poulets surgelés refait surface depuis quelques mois à Kinshasa : le vol des volailles et ,plus particulièrement, des poules et coqs.

En cette période des festivités de fin d’année, ces piqueurs des poules et coqs sont de plus en plus actifs dans les coins et recoins de la capitale Kinshasa.

Le cas de ce jeune homme qui a pu enfiler trois gros coqs dans son slip en dit long.

Dans la commune de la Gombe à l’enceinte de l’ex camp des étudiants de l’Ista, une concession de l’ex Ocpt sur avenue Colonel Ebeya, non loin de l’Ifasic, une famille qui a élevé durant quelques semaines un coq lui envoyé depuis son village, a juste constaté la disparition de ce coq qui n’effectuait plus de 100 pas sans retourner auprès de ses propriétaires. Après un long moment de longue attente sans qu’il signale sa présence, toute la famille tomba dans un désespoir. Les enfants qui avaient déjà collé une dénomination à leur coq furent dans une grande triste: » il fallait seulement lui mettre la corde », ont-il regretté après cette disparition.

Il est signalé, par ailleurs, des marchés pirates de vente des volailles dans certains quartiers comme Bongolo, Mombele, où l’on retrouve des groupes des femmes qui négocient l’achat d’un coq jusqu’à 3000 FC.

Don Petit N’Kiar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *