Revue du mercredi 18 janvier.

Plusieurs journaux parus ce mercredi 18 janvier 2023 reviennent sur l’interdiction de la marche pacifique qui a été prévue ce mercredi à Goma par le collectif des mouvements citoyens contre le déploiement des forces armées sud-soudanaises et de l’EAC.

Radio okapi.net signe que le maire de Goma interdit la marche pacifique prévue ce mercredi 18 janvier dans la ville par le collectif des mouvements citoyens et autres groupes de pression au Nord-Kivu contre le déploiement des troupes sud-soudaines et de la Force de la Communauté d’Afrique de l’Est « EAC ».
Dans un communiqué officiel publié mardi, le maire de Goma, commissaire supérieur principal François Kabeya Makossa, rappelle à la population que toutes manifestations publiques durant la période de l’état de siège ne sont pas autorisées.
Ainsi, il demande aux représentants des mouvements citoyens d’aller à la mairie pour déposer leur mémorandum afin qu’il soit transmis à la hiérarchie. Les contrevenants se heurteront à la force de la loi, conclut ce communiqué.

Actualité.cd note également que le maire de Goma enjoint à ce sujet, les organisateurs à déléguer trois personnes pour aller déposer leur mémorandum à la mairie qui sera par la suite transférée à la hiérarchie.
Tout en prévenant les contrevenants qui se heurteront à la force de la loi, M. Kabeya invite les services de l’ordre à veiller au strict respect de sa décision.

La plume.infos indique que prévue pour ce mercredi 18 janvier 2023, l’objectif de cette marche est, selon les organisateurs, d’exprimer leur ras-le-bol contre l’inaction et l’hypocrisie de l’EAC face à l’insécurité au Nord-Kivu.
L’autorité urbaine a notifié aux initiateurs qu’au regard des instructions des pouvoirs publics en cette période de l’État de siège, il ne pourra autoriser leur manifestation.
« Cette activité n’est pas autorisée pour ne pas jouer le jeu de l’ennemi. Par conséquent, les contrevenants se heurteront à la force de la loi», peut-on lire dans le communiqué signé par le maire de la ville volcanique ce mardi 17 janvier.

Mediacongo.net rappelle à cette occasion que dans une lettre adressée au maire policier de Goma, les principaux mouvements citoyens actifs dans cette ville indiquent qu’ils vont descendre dans la rue le 18 janvier 2023 prochain pour exprimer leur opposition au déploiement du contingent sud-soudanais de la FARCAE et dénoncer, par la même occasion, « l’hypocrisie de la communauté d’Afrique de l’Est (EAC) ».
À en croire le même document, cette marche partira du rond-point Mutinga pour chuter au gouvernorat de province. Un mémorandum sera remis, à cette occasion, à l’autorité provinciale. Le déploiement des militaires sud-soudanais dans l’Est de la RDC est au cœur d’une controverse. Plusieurs observateurs « se demandent comment le Soudan du Sud, déchirée par une crise aussi pire que celle de l’Est de la RDC, peut envoyer ses militaires pour imposer la paix chez son voisin ».

Actualité.cd revient sur l’enrôlement et note que l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs lancée samedi 24 décembre dernier se poursuit dans la première aire opérationnelle conformément au calendrier de la Commission Électorale Nationale Indépendante. Intervenant lors de la 82e réunion du conseil des ministres, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a rappelé à la classe politique que le processus actuel n’est pas synonyme de la campagne électorale.
Pour le numéro Un de l’exécutif central, les acteurs politiques et sociaux, les membres des institutions doivent plutôt privilégier le message de cohésion nationale.

Dans la même optique, Radio Okapi.net déclare aussi que dans une déclaration faite ce mardi 17 janvier, le président du Cadre de concertation de la société civile (Au Kongo-Central) dit observer une précampagne électorale depuis que la commission nationale électorale indépendante (CENI) a lancé l’opération d’identification et enrôlement des électeurs.
Cette structure indique que cette attitude des acteurs politiques désoriente la population, qui devrait être assez sensibilisée sur les avantages de se faire enrôler. Mais ces acteurs sapent le calendrier publié par la CENI.
Si certains acteurs politiques, demandent, après leur enrôlement, le soutien de la population pour eux-mêmes ainsi que pour leurs candidats à la présidence de la République aux élections à venir, d’autres par contre proposent des présents à la population en échange avec des voix le jour du vote.

Dans le même chapitre de l’enrôlement et même des élections qui se pointent à l’horizon, Forum des As signale que,Delly Sesanga séjourne à Kindu, chef-lieu de la province du Maniema où il est arrivé lundi 16 janvier en provenance de Kolwezi dans le Lualaba. Le leader d’Envol a entamé depuis le 14 janvier, par le chef-lieu de cette province, un périple à l’intérieur du pays dénommé «Tournée de la refondation du Congo».

A Kolwezi comme à Kindu, Delly Sesanga a fait carton plein. Le président national d’Envol y a reçu un accueil délirant, digne d’une pop star.
A sa descente d’avion à l’aéroport international de Kindu, la foule de partisans, massée à l’extérieur de l’aérogare, lui a imposé une épreuve d’endurance physique à laquelle Delly Sesanga a répondu sans se faire prier.
Sesanga a marché de l’avenue Aéroport en passant par le boulevard Joseph Kabila jusqu’à la Tribune centrale de Kindu où plusieurs milliers des personnes l’attendaient pour le meeting.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *