Revue du lundi 7 novembre

Les médias congolais sont revenus sur les  deux rencontres internationales qui se sont déroulées à Nairobi comme à Luanda sur dégradation de la situation sécuritaire dans la province du Nord-Kivu dont une partie est occupée par le M23. Pour Eco News, il est donc clair que si Kinshasa ne décline pas le rendez-vous de Nairobi, il a cependant tracé une ligne rouge, rappelant qu’il est exclu de s’asseoir sur une table de négociations avec les terroristes du M23, tant qu’ils occuperont certaines localités du territoire de Rutshuru. Le bihebdomadaire souligne aussi que « rédigé dans le plus pur des styles épistolaires propres à une diplomatie de crise, le communiqué de Bujumbura ne mentionne ni ne condamne les offensives du M23 dans leur progression vers Goma ». Si le Rwanda est nommément mentionné, c’est pour encourager le gouvernement de Kigali à s’en tenir à la feuille de dite de Luanda, note le journal. Quant à l’appui de ce pays aux rebelles du M23, le communiqué n’en fait nullement mention, souligne Eco News.

Le Potentiel informe que « Kinshasa et Kigali ne se ferment pas encore toutes les fenêtres d’échanges ». Selon ce quotidien, l’engagement pris à Luanda entre les ministres des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo et du Rwanda à l’invitation du gouvernement de la République d’Angola démontre bien cette volonté.. De cette réunion tripartite (RDC-Angola-Rwanda) tenue, le 5 novembre 2022, à Luanda en Angola, les chefs de la diplomatie rwandaise et congolaise ont, entre autres, convenu le maintien du dialogue politique comme moyen de résolution de la crise politique entre leurs deux pays.

Les ministres ont convenu de la définition d’un calendrier pour accélérer la mise en œuvre de la feuille de route et les engagements pris par les parties dans le cadre de la réunion mixte permanente entre la RDC et le Rwanda, tenue à Luanda les 20 et 21 juillet 2022, poursuit Le Potentiel qui se réfère au communiqué final ayant sanctionné cette rencontre.

Pendant ce temps, à Kinshasa, Patrick Muyaya, porte-parole du Gouvernement affirme que le M23 doit au préalable se retirer des positions occupées, en vue d’être réintégré dans le processus de Nairobi comme tous les autres groupes armés, observe L’Avenir.

Le ministre de la communication et médias, l’a rappelé au cours d’un briefing spécial qu’il a tenu avec la presse samedi 5 novembre dans la capitale congolaise

Selon des sources diplomatiques, de ce tri-hebdomadaire,  « le communiqué final de la réunion consultative de Bujumbura (Burundi) a motivé cette option par le fait que les groupes armés locaux avaient pro- posé de déposer les armes en échange de la paix ».

La Prospérité rapporte que l’appel à la mobilisation du chef de l’état porte déjà des fruits comme l’a démontré le bilan dressé par le Porte- parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo(FARDC), Général-Major Sylvain Ekenge Bomusa Efomi. Ce dernier a fait savoir que plus de 2000 jeunes se sont déjà enrôlés.

Lors du briefing qu’il a co-animé, samedi, avec le porte-parole du Gouvernement, le Général-Major Sylvain Ekenge Bomusa Efomi a déclaré « qu’en réponse à la mobilisation générale décrétée par le Président de la République, les FARDC procèdent déjà au recrutement. Ils sont plus de 2000. Il y en a qui sont arrivés au centre d’entraînement de Goma depuis avant-hier », rapporte ce journal.
Au cours du briefing presse du samedi 05 novembre 2022, à Kinshasa, le porte-parole des FARDC a évoqué plutôt un « repli tactique » pour éviter des morts inutiles à Rutshuru et Kiwanja.

Forum des As publie le soutien de Matata Ponyo sur la mobilisation initiée par le Président de la République et signe Matata Ponyo souscrit à la mobilisation du Chef de l’état. Ce journal rapporte le message du président du LGD du dimanche dernier aux populations de l’est:

En ces jours d’affliction, où mes frères et sœurs du Nord Kivu, et particulièrement de Bunagana et de Rutshuru, sont affectés par la guerre nous imposée injustement par le Rwanda à travers le M23, il est de mon devoir patriotique, en tant que congolais, élu du peuple, Chef du parti politique LGD et Candidat Président de la République aux prochaines échéances électorales, de m’adresser, non seulement à une partie de la population meurtrie, mais aussi au peuple congolais dans son ensemble ainsi qu’à la communauté internationale.

A mes frères et sœurs de Bunagana et de Rutshuru,

Je vous renouvelle une fois de plus ma compassion et ma sollicitude et vous rappelle que vos souffrances sont les miennes, vos pertes de biens sont les miennes, vos deuils sont les miens, vos larmes sont les miennes. Je suis de cœur avec vous et je ferai tout ce qui est possible pour que cette guerre d’agression plusieurs fois larvée en mouvement de rébellion s’arrête un jour de manière définitive.

Je félicite et soutiens les Forces armées congolaises qui se battent pour préserver la paix et la sécurité de nos frères et sœurs sur le front. ACP s’est intéressé à la suite des enquêtes sur le concert de Fally Ipupa au stade des martyrs et rapporte que la ministre de la Culture, arts et patrimoine, Catherine Kathungu Furaha, appelle les autorités compétentes à mener des enquêtes approfondies, afin d’éclairer l’opinion sur les incidents qui ont émaillé le concert de l’artiste – musicien, Fally Ipupa, du samedi 29 octobre dernier au stade des Martyrs de Kinshasa et qui a occasionné la mort de 11 (onze) morts, affirme un communiqué du ministère de la Culture, reçu samedi à l’ACP.

« Je m’oppose à toutes formes de manipulation et de récupération qui tenteraient de nuire à l’artiste Fally Ipupa », note la ministre de la Culture.

Et d’ajouter :  » Je souhaiterais, à l’avenir, la mise en place des mesures de sécurité plus encadrées et beaucoup plus renforcées, susceptibles d’assurer la sécurité, aussi bien des artistes, des spectateurs, des infrastructures que des matériels de production, partout où les artistes congolais auront à se produire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *