Journée internationale du travail : un tableau très sombre en RDC

En cette journée internationale du Travail, La majeure partie des personnes interrogées nous ont fait le constat selon lequel, ils auraient bien voulu souhaiter une excellente fête à tous les travailleurs, mais lorsqu’elle se réfère au récent rapport du PNUD qui affirme que près de 95% des Congolais sont au chômage, les mots manquent à l’appel, Comment célébrer le travail quand l’absence de travail est la réalité de la majorité ?

Le tableau est sombre…

Le chômage endémique frappe de plein fouet la jeunesse congolaise, privée d’opportunités et d’espoir en l’avenir. Ceux qui ont la « chance » d’avoir un emploi font face à des conditions de travail précaires et à des salaires dérisoires.

Du côté des fonctionnaires, les conditions de travail laissent grandement à désirer, l’Intersyndicale nationale du Congo avait à son temps, dressé un constat alarmant : baisse du pouvoir d’achat, non-respect du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG), absence de contrats de travail et de Sécurité sociale. Le travail, au lieu d’être source de dignité et d’épanouissement, devient synonyme de souffrance et d’incertitude.

Pendant ce temps, un cercle restreint cumule les privilèges…

Alors que la majorité des Congolais lutte pour survivre, un constat amer s’impose : un petit groupe d’individus semble monopoliser les postes de pouvoir et les avantages qui les accompagnent.

On observe une tendance à la cooptation et au népotisme, collectionner les mandats comme des trophées. Fils de, père de, une même famille qui monopolise les postes de pouvoir. La palme revient sans doute à la gouverneure du Lualaba, qui cumule à elle seule les mandats de conseillère communale, députée provinciale, députée nationale, sénatrice et gouverneure. Un parcours impressionnant, qui laisse un goût amer au sein d’une population confrontée au chômage et à la précarité.

Un espoir déçu : l’article 15 de la Constitution imaginaire

L’article 15, cet article imaginaire de la Constitution congolaise qui dit « Débrouille-toi pour vivre », parais malheureusement refléter la réalité de nombreux jeunes diplômés. Face au manque d’opportunités d’emploi, ils sont contraints de ranger leurs diplômes et de se lancer dans l’informel, souvent sans moyens ni perspectives d’avenir. Le rêve d’une vie décente grâce à un travail digne s’estompe face à la dure réalité du quotidien.

Le gouvernement face à ses responsabilités

Les gouvernements se succèdent avec des promesses longues comme de chapellet sans impact probant. L’engagement à lutter contre la précarité et stimuler la création d’emplois restent en grande partie lettre morte.

Les paroles doivent se traduire en actions concrètes, car la population s’impatiente. Conscient des attentes du peuple, Félix Tshisekedi avait dit juste après sa réélection, « Cette victoire est une victoire pour relever le défi de l’intérêt national, notamment celui de la sécurité, de l’emploi, de l’interconnexion de notre pays… ».

À en croire les propos du premier d’entre les congolais, il s’avère crucial de promouvoir une gouvernance transparente et inclusive, où les opportunités sont accessibles à tous, et non réservées à une élite privilégiée.

L’urgence d’agir…

La situation actuelle est intenable. Le prochain gouvernement qui sera conduit pour la première fois dans l’histoire par une femme, Judith Suminwa doit prendre des mesures audacieuses pour sortir le pays de la crise du chômage et de la précarité, tout en veillant à une répartition équitable des richesses et des opportunités. Investir dans l’éducation, la formation professionnelle et la création d’emplois est crucial pour offrir aux jeunes congolais un meilleur avenir. Il est temps de mettre fin à l’article 15 de la Constitution imaginaire et de faire du travail un véritable droit et un moteur de développement pour les employés tant public que privé, les demandeurs d’emploi et les entrepreneurs, brefs tous les congolais.

Glad NGANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights