Revue du jeudi 21 mars 2024 

Les journaux parus ce mardi sont revenus sur les obsèques de Chérubin Okende.

JEUNE AFRIQUE est revenue sur les hommages rendus hier mercredi à Kinshasa au ministre honoraire de transport et voies de communication, sa famille a crié à la colère hier, lors de la cérémonie des hommages qui a donc vu, ses proches tant biologique que sa famille politique se réunir pour lui rendre les derniers adieux. Ce média précise de surcroît que personne ne croit à la thèse du suicide.

 La famille d’Okende sollicite enfin une audience auprès du président de la République pour lui parler rapporte RADIOOKAPI.NET. Elle demande également au conseil national de l’Ordre des avocats d’autoriser ses avocats à s’exprimer en toute liberté sur ce dossier.

La famille de Chérubin Okende promet une justice coutumière pour le défunt, BREVE.CD revient sur les propos d’un membre de la famille de Chérubin Okende, Georges Oyemba, « À partir de ce jour d’enterrement, que tout celui qui a participé à la mort de Chérubin Okende commence à compter ses jours ».

Ensemble pour la République à travers son Secrétaire Général Dieudonné Bolengetenge a loué, selon 7sur7.cd la mémoire de Chérubin Okende tout en soulignant son sens du devoir, de la responsabilité et son discernement.

Dans son homélie, ACTU30.CD rapporte que l’archevêque métropolitain de Kinshasa, Le Cardinal Fridolin Ambongo s’est montré contre la conclusion de la Cour de cassation sur la mort de Chérubin Okende.

Pour ACTU7.CD, le Cardinal Fridolin Ambongo a sévèrement critiqué la justice Congolaise. Selon lui, la conclusion des enquêtes de la mort de Chérubin Okende, montre vraiment que la justice est malade.

Autres choses à présent, l’actualité d’hier, c’était aussi la célébration mercredi 20 mars de la journée internationale de la francophonie. LA PROSPÉRITÉ, nous apprend à partir de Mont-fleury que pour la première fois, le gouvernement Congolais a boycotté cette journée. Pour ce quotidien, c’est un signal fort à l’endroit de ses pairs de la francophonie qui peinent à prendre position dans une situation d’injustice internationale contre un Etat membre qu’est la RDC. Une décision qui a fait réagir la SG de l’OIF, la Rwandaise Louise Mushikawabo, préconise quant à elle le dialogue face à l’agression Rwandaise. 

Terminons avec les nouvelles de Stanis Bujakera, libéré mardi soir, le journaliste congolais ne compte pas faire appel pour le moment. À en croire sa communication faite dans les ondes de la RADIO FRANCE INTERNATIONALE. Dans cette interview, Stanis Bujakera a évoqué les pressions qu’il a subies pour qu’il révèle ses sources, les pressions sur les juges pour qu’ils le condamnent.

NGK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *