RAM : après l’assemblée nationale, la BCC, Sam Bokolombe et Claudel Lubaya réagissent

RAM : après l’assemblée nationale, la BCC, Sam Bokolombe et Claudel Lubaya réagissent

1 0
Read Time:56 Second
De gauche à droite, Sam Bokolombe et Claudel Luboya

La boîte à Pandore de la saga RAM a été ouverte par la banque centrale du Congo qui dans une correspondance adressée à la FEC, accuse les sociétés de télécommunication de s’ériger en émettrices de monnaie et moyens de paiement sans agrément.

Pour Sam Bokolombe:

 » Tout est illégal dans le RAM. Les consommateurs sont truandés. Après l’assemblée nationale, la BCC le remet en question. Il est impérieux de supprimer ce prélèvement indu qui érode notre pouvoir d’achat. Rien à ce jour ne saurait justifier le cabrage du gouvernement quant à ce« .

Sam Bokolombe, député national

A Claudel Lubaya de clore le débat juridique dans un style qui peut ressusciter Voltaire:

 » La réponse de la gouverneur de la BCC à la FEC prouve pour ceux qui doutaient encore de l’illégalité de RAM, que ce prélèvement autoritaire est un abus qui n’a pour fondement que le DÉSIR INSATIABLE d’enrichissement d’une clique au détriment du peuple » .

Claudel Luboya, député national


Après tous ces arguments alléchants et convaincants, qu’est ce qui se cache derrière cette taxe ?

That’s the question !

Valentin Kamundala

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité Economie Finances politique Societe kinshasa