Perquisition du CNS : Quid des compétences entre l’ANR et le CNS?

Perquisition du CNS : Quid des compétences entre l’ANR et le CNS?

1 0
Read Time:2 Minute, 50 Second
De gauche à droite : Hervé Mbelu, Ag de l’Anr et François Beya, Conseiller spécial du Chef de l’état en matière de sécurité

Des indiscrétions au CNS annoncent que les locaux abritant cet organe connaissent une descente des agents de renseignement ce mardi 08 février.

« Depuis hier les agents ont été empêchés d’accéder aux locaux et que l’ordre était venu de la haute hiérarchie » nous dit un des agents sous anonymat.

Il a indiqué qu’ils sont dans la rue ne sachant à qui s’adresser . Depuis l’arrestation du Conseiller Spécial les lignes doivent bouger. Quoi de plus normal! rétorque un professeur des sciences politiques.

Quid des compétences entre l’Anr et le Cns?

Pour auditionner  un acteur majeur de la République de la trempe de François Beya, il est bien clair que l’ANR est l’unique service public habilité, quoi qu’en pense le commun des  mortels.  D’ailleurs, le nouveau leadership a rendu cette agence, dans ses procédures et dans le respect des droits humains,  plus fiable. Donc, point n’est nullement besoin de démontrer  qu’en cette  matière des renseignements, le Chef de l’Etat puisse s’appuyer sur  l’ANR pour s’assurer de la paix et de la sécurité des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du pays

Recadrage

’’C’est à tort que nombreux sont ceux   s’interrogent si l’Agence Nationale des Renseignements  avait la compétence ou non d’engager une telle démarche consistant à   auditionner un Conseil Spécial du Chef de l’Etat en matière de Sécurité.  Et, pourtant, le CNS n’est pas un service de l’Etat à part entière.   Il est plutôt  un forum dont seul,  le Président de la République est l’unique et le principal responsable.  Le Conseiller Spécial peut,  sur demande du Président de la République  ou par délégation des pouvoirs,  présider cette réunion à laquelle  siège également  l’Administrateur Général de l’Agence’’, soutient, dans une analyse, un expert de ce domaine.

Autrement dit, le Conseiller spécial du Président en matière de Sécurité n’est pas le patron des services de sécurité, il est membre du cabinet du Président dont le Directeur de Cabinet  du Président de la République  est et  le  responsable attitré.

Tandis que  l’Agence Nationale des  Renseignements est, par contre,  un service Officiel des  renseignements, avec des structures à tous les niveaux : provincial, entreprises et services publics, territoires, villes, districts. L’Agence a des structures même à travers le monde.

Les pouvoirs étendus que lui confère la loi font  de l’ANR,  l’unique service de l’Etat capable d’entendre, d’écouter, de surveiller et d’interpeller  tout citoyen, quels  que soient son rang social, ses  fonctions, son âge, son sexe, sa religion, sa province ou, même, sa race.

C’est ainsi qu’au regard de textes, le Président de la République est l’unique responsable de l’Etat auquel est soumis l’Administrateur Général de l’ANR et dont  il dépend directement.

Ce qui fait de l’Administrateur Général de ce service, un des hommes clés  des services vitaux  œuvrant, de manière pérenne,  à la protection et à la sûreté intérieure et extérieure  de  l’Etat congolais.

Avec la Prospérité

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité politique sécurité Societe kinshasa