Burundi : des soldats détenus pour refus de se déployer en RDC

Des dizaines de soldats burundais ont été arrêtés pour avoir refusé d’être déployés dans l’est de la RDC dans le cadre de la lutte contre le groupe rebelle M23.

Des soldats de deux unités différentes dans le quartier de Musaga à Bujumbura, Burundi, le 18 mai 2015

Des soldats de deux unités différentes dans le quartier de Musaga à Bujumbura, Burundi, le 18 mai 2015© Jerome Delay/AP

Des dizaines de soldats burundais ont été arrêtés pour avoir refusé d’être déployés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) dans le cadre de la lutte contre le groupe rebelle M23, qui progresse vers une grande ville frontalière, selon des officiers de l’armée, des responsables de l’administration pénitentiaire et d’autres témoins.

Les soldats dissidents sont détenus dans au moins quatre prisons de ce petit pays d’Afrique centrale, ont-ils déclaré à l’Associated Press.

Les affrontements entre le M23, soutenu par le Rwanda selon les États-Unis, et les troupes congolaises se sont intensifiés ces dernières semaines, les rebelles menaçant la ville congolaise de Goma, à la frontière avec le Rwanda.

Le président burundais Évariste Ndayishimiye a reconnu, lors d’une émission publique le 29 décembre, la présence de troupes burundaises dans l’est du Congo en vertu d’un pacte de défense conclu avec les autorités congolaises.

« Si vous n’aidez pas votre voisin à éteindre le feu quand sa maison brûle, demain, si c’est votre tour, il ne viendra pas vous aider », a-t-il déclaré. _ »Si le Burundi aide (le Congo), il se défend. » Il a déclaré dans ce discours qu’il était « normal que des soldats burundais soient tués sur le territoire congolais ».

Groupes rebelles

Les tensions se sont accrues dans la région des Grands Lacs africains, le Rwanda, le Burundi et le Congo s’accusant mutuellement de soutenir les groupes rebelles violents qui opèrent dans les zones de non-droit de l’est du Congo.

Le président congolais Felix Tshisekedi a accusé le gouvernement rwandais de soutenir activement le M23, qui contrôle un territoire proche de la frontière rwandaise. Des experts de l’ONU ont cité des « preuves solides » selon lesquelles des membres des forces armées rwandaises menaient des opérations de soutien aux rebelles dans l’est du Congo. Le Rwanda nie soutenir le M23.

Parallèlement, le Burundi accuse le Rwanda de soutenir un autre groupe rebelle basé au Congo et opposé au gouvernement burundais. Ce groupe, connu sous le nom de RED-Tabara, a revendiqué la responsabilité de multiples attaques meurtrières à l’intérieur du Burundi. La dernière attaque, qui a fait au moins neuf morts, a eu lieu dimanche.

Le mois dernier, le Burundi a suspendu ses relations diplomatiques avec le Rwanda et fermé sa frontière, en réaction au soutien présumé du Rwanda au RED-Tabara, qui est basé dans la province du Sud-Kivu, au Congo. Le Rwanda nie cette allégation.

Centres de détention

Les autorités burundaises n’ont pas révélé le nombre de soldats déployés dans l’est du Congo. Elles n’ont pas non plus commenté les arrestations de soldats qui refusent d’être déployés de l’autre côté de la frontière.

Selon deux officiers de l’armée et plusieurs gardiens de prison qui ont parlé à l’AP, les arrestations de soldats dissidents ont commencé en décembre, avec plus de 200 détenus. Au moins 103 d’entre eux sont détenus dans la prison de Rumonge, dans le sud-ouest du pays, ont indiqué deux gardiens de prison. D’autres sont détenus dans des centres de détention provisoire à Ngozi dans le nord, à Ruyigi dans l’est et à Bururi dans le sud, selon les gardiens de prison de chacun de ces établissements pénitentiaires.

Un colonel de l’armée à Bujumbura, la capitale commerciale, a déclaré que de nombreux soldats ont été emprisonnés « pour avoir refusé de se battre aux côtés de l’armée congolaise contre le M23 ». Certains sont également accusés d’avoir volé des fonds de guerre, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

« Certains ont déjà été renvoyés de l’armée, mais il y en a aussi qui ont été acquittés. Ce n’est pas un secret que de nombreux soldats sont détenus pour ces actes », a-t-il ajouté.

Massacres

Un capitaine de l’armée burundaise a déclaré à l’AP qu’il avait déserté l’armée après avoir refusé d’être envoyé au Congo. « Pour qu’un soldat professionnel s’engage dans le combat, il faut au moins qu’il y ait un motif au conflit », a-t-il déclaré. « Il doit également mesurer ses forces et ses faiblesses, ainsi que celles de l’ennemi. Mais dans la situation actuelle, on nous demande d’aller nous battre à l’aveuglette ».

Washington a appelé à une désescalade des tensions dans l’est du Congo, où le M23 est l’un des plus de 100 groupes armés actifs dans l’est du Congo, cherchant à obtenir une part de l’or et des autres ressources de la région tout en perpétrant des massacres.

De nombreux combattants du M23, y compris des Tutsis congolais, étaient autrefois membres de l’armée congolaise. Les dirigeants du groupe affirment qu’ils se battent pour protéger les Tutsis locaux des groupes extrémistes hutus tels que les Forces démocratiques de libération du Rwanda, dont les membres ont été parmi les auteurs du génocide de 1994 contre la minorité tutsie au Rwanda.

Les autorités rwandaises ont fait part de leurs inquiétudes concernant ce groupe armé dans un communiqué publié la semaine dernière, rejetant les appels des États-Unis demandant au Rwanda de retirer ses troupes et ses systèmes de missiles du territoire congolais.

DW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *