Archidiocèse de Kisangani : Hommages mérités à l’abbé Gabriel Songe Matala (vidéo)

Enterrement au petit séminaire de Mandombe

Le corps de l’abbé Gabriel Songe Matala, prêtre de l’archidiocèse, a été porté à terre ce mardi 27 septembre au cimetière du petit séminaire de Mandombe à 13 Km du centre ville de Kisangani.

Mgr Mandrapile Dieudonné

L’évêque du diocèse d’Isangi, Mgr Dieudonné Mandrapile Tanzi, a, lors de l’Office funéraire, reconnu en cette figure un prêtre très engagé dans la pastorale et la formation intellectuelle des nombreux prêtres de cette archidiocèse.

Plusieurs témoignages lui ont été rendu de part le monde par ses confrères prêtres, ses anciens séminaristes,ses camarades d’université de Kisangani où il a fait les études des Lettres. C’est le cas du témoignage de la sœur Felicita Mpala, de la congrégation de la Doctrine Chrétienne de Nancy.

Témoignage de la vie de l’abbé Gabriel Songe:

Messe de suffrages à la cathédrale Notre-Dame du Très Saint Rosaire


Ce témoignage vient du Collège Maele où nous avons travaillé ensemble pendant quelques années. Nous étions dans la même unité pédagogique, lui en tant qu’enseignant de latin et moi comme enseignante de français. Nous nous sommes retrouvés encore à L’UNIKIS où nous avons été étudiants dans la Faculté des Lettres, lui au département d’anglais et moi à celui de philosophie.
Sans aucune prétention d’ exhaustivité, je soulignerais seulement quelques qualités de sa vie en quatre points:
1) Un homme d’une bonne éducation! En voyant vivre et travailler notre frère, abbé Songe parmi nous à Maele, j’appréciais l’éducation reçue de ses parents et la solide formation de ses formateurs. Car dit-on: « Chacun porte son univers ». Il avait foi en Jésus qui nous dit: « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » ( Jn 15, 5). En effet, un jour à Maele, il avait pris le temps de me partager ses expériences passées. Je trouvais en lui un homme de FOI, très enraciné dans le Seigneur auprès duquel il puisait ses forces pour tenir dans les difficultés, les épreuves inhérentes à toute vie humaine.
2) Un enseignant, un aîné qui s’était chargé de la transmission des valeurs humaines et chrétiennes aux autres: ses collègues enseignants, ses camarades étudiants, les élèves…A Maele, il dénonçait avec beaucoup de fermeté les maux qui gangrènent ce milieu éducatif: l’ndiscipline, la tricherie, la négligence des élèves, … bref tout comportement qui rame à contre courant de la visée éducative d’une école catholique digne de ce nom. Un enseignant consciencieux! Il faisait tout son possible pour terminer le programme de son cours en dépit de ses charges pastorales. C’était un très bon enseignant que Maele ne voulait pas lâcher, car y trouver un remplaçant de sa calibre pour le cours de latin était difficile.
3) Un homme de haute culture . Monsieur l’abbé Songe avait compris qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre, pour étudier. Et que dans la vie, il faut être humble. C’est cette humilité qui lui a permis de poursuivre ses études dans des conditions de fois très stressantes, pas dignes pour un ministre de Dieu. Il a su braver tous les obstacles qui pouvaient le freiner pour atteindre ses objectifs. Je me souviens du jour où nous deux, nous étions placés côte à côte pendant l’examen d’anglais à L’UNIKIS. Il savait ce qu’il cherchait et s’y appliquait avec beaucoup d’abnégation. L’honnêteté scientifique et le respect des autres le caractérisaient. Nous avions terminé cet examen sans nous adresser la parole, chacun cherchant à protéger son statut et l’image de notre Eglise dans ce milieu « pourri ». Effectivement, dans cet auditoir, la tricherie et la collaboration entre étudiants paraissaient normales. Mais nous deux, nous avions su y garder notre dignité.
4) Un citoyen congolais soucieux du changement sociopolitique de son pays. De temps en temps, il nous arrivait d’avoir un débat houleux sur la politique. Je voyais en lui un homme qui respectait la femme. A cette époque, il était rare ou quasi impassable de voir un homme échanger avec une femme sur la politique qu’on pense réservée aux hommes au Congo. Dans cette perspective, il considérait l’enseignement comme un moyen ad hoc pour une harmonieuse intégration des jeunes dans la gestion de la chose publique dans ce monde en perpétuelle mutation.
Je dirais tout simplement que notre cher frère et « KOHANI », PADRI Gabriel Songe a commpris ce qu’Albert Einstein avait dit: « Il n’existe pas d’autre éducation intelligente que d’être soi-même un exemple ».
Baba, avec larmes aux yeux, je vous remercie pour tout ce que j’ai appris de vous et vous dis »KWA HERI ». Mungu aliye kuchagua na kukupaka mafuta matakatifu sawa KOHANI, akupumzishe karibu naye na uombee diocèse ya Kisangani.
Fait à Nancy, le 24 septembre 2022 par Soeur Félicita MPALA, de la Doctrine Chrétienne de Nancy.

Ainsi, l’abbé Gabriel Songe Matala retrouve ses vieux confrères enterrés dans cette terre qui l’a accueilli depuis sa tendre enfance où il a commencé sa formation de prêtre.

Repos éternel !

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *