Musique : Hommages à Tabu Ley – Tshala Muana et Bella Bellow, trois légendes de la musique africaine (illustrations audio-visuelles)

L’artiste ne meurt jamais, son travail continue de le faire vivre même après sa mort, disent les communs de mortels. Malgré le fait qu’ils ont passé l’arme à gauche, leurs mélodies continuent de nous faire danser, chanter, trémousser et fredonner. Car en Afrique, les artistes sont des maîtres de la créativité, de la passion et de l’expression, et leur musique est un témoignage de leur génie.

La rédaction de sphynxrdc.com rend hommage ce jour à trois légendes de la musique Africaine qui ont quitté la terre des hommes. De Pascal Tabu Ley à Bella Bellow en passant par Tshala Muana nous vous plongeons dans un récit qui relate ce qu’a été la vie de ces étoiles de la musique de notre Continent.

Tabu Ley Rochereau, 10 ans déjà

Pascal Emmanuel Sinamoyi Tabu dit « Tabu Ley Rochereau », reste un artiste légendaire de la musique congolaise et du continent sub saharien. 

À travers ses concerts titanesques, ses compositions hors pair et son timbre vocal unique, le Seigneur Ley a marqué pendant plus de quarante ans la musique congolaise.

Décédé le 30 novembre 2013 à Bruxelles en Belgique de suite d’une longue maladie, Pascal Tabu Ley totalise 10 ans depuis sa disparition.

Retour sur sa carrière

Pascal Emmanuel Sinamoyi Tabu est né le 13 novembre 1937 à Bandundu au Congo belge (aujourd’hui République Démocratique du Congo). Il a commencé sa carrière musicale dans les années 50 et a rapidement acquis une grande renommée dans toute l’Afrique. Il était connu pour son style unique de musique congolaise, qui mélangeait des rythmes traditionnels avec des sons modernes.

Le premier noir à l’Olympia de Paris

Au cours de sa carrière, Tabu Ley a produit plus de 250 albums et a écrit plus de 3 000 chansons. Il a également travaillé avec de nombreux autres artistes congolais célèbres, tels que Franco Luambo Makiadi et Sam Mangwana. Sa complicité durant une période avec l’artiste féminin Marie-claire Mboyo dit Mbilia Belle avait fait bouger le Congo (Zaïre à l’époque). Sa musique est toujours appréciée aujourd’hui dans toute l’Afrique et dans le monde entier.

Un vrai nationaliste

Le Seigneur Ley était également un militant politique et social. Il a utilisé sa musique pour sensibiliser le public à des problèmes tels que la corruption et la pauvreté en Afrique. Il a également été membre de l’Assemblée nationale du Congo et a été nommé ministre de la Culture et des Arts en 1981.

En 1985, Tabu Ley a été contraint de quitter le Congo en raison de l’instabilité politique dans le pays. Il a ensuite vécu en Europe pendant de nombreuses années, continuant à produire de la musique et à faire des tournées dans le monde entier.

Père de nombreux enfants dont le plus notoire est l’artiste français « Youssoupha » Mabiki né le 29 août 1979 à Kinshasa.

Tabu Ley est décédé en 2013 à l’âge de 76 ans, laissant derrière lui un héritage musical durable et une influence indéniable sur la musique congolaise et africaine.

Tshala Muana, une année déjà

Du génie de Pascal Tabu, la mort nous a aussi arraché un talent pur de la RDC, une diva dans le vrai sens du terme. Elle c’est Elisabeth Tshala Muana Muidikayi dit  » Mamu Nationale », une chanteuse congolaise de musique soukous et de rumba. Très connue grâce à sa touche particulière de danse et d’ambiance traditionnelle qui lui a valu comme surnom la  » Reine du Mutuashi », tshala Muana est décédée le 10 décembre 2022 à Kinshasa, elle a totalisé hier dimanche 10 décembre 2023, une année depuis qu’elle a trépassée.

Carrière

Native d’Elisabeth ville (actuel Lubumbashi), Elisabeth Muidikayi est née le 1ᵉʳ janvier 1958 en République démocratique du Congo.Elle a commencé sa carrière musicale dans les années 1970 en tant que membre du groupe « Orchestre Bana Ngenge ». En 1980, elle a sorti son premier album solo intitulé « Amina ». Depuis lors, elle a sorti plusieurs albums acclamés par la critique, notamment « Karibu Yangu » et « Safari ». 

Une vraie ambassadrice

Tshala Mwana est connue pour sa voix puissante et pour son style de danse captivant. Elle a remporté de nombreux prix pour sa musique, notamment le prix Kora de la meilleure artiste féminine d’Afrique centrale en 2001. Elle est également connue pour son engagement social et humanitaire, spécifiquement pour son travail avec les enfants défavorisés.

La Mamu Nationale a marqué l’histoire de la musique congolaise grâce à son tube « Malu » qui fait bouger les Congolais et congolaises lors de chaque fête. Son influence musicale au Congo comme en Afrique se fait encore sentir aujourd’hui. Sa musique est une célébration de la vie, de l’amour et de l’identité africaine. 

Bella Bellow, 50 ans depuis son passage dans l’au-delà

De la reine du Mutuashi, terminons ce chapitre sur la carrière d’une icône Africaine, la chanteuse togolaise Bella Bellow.Bella Bellow est décédée le 10 septembre 1973 dans un accident de voiture à l’âge de 28 ans. Sa mort a été une perte tragique pour la musique africaine, mais son héritage musical continue d’inspirer de nombreux artistes du continent 50 ans après sa disparition.

Carrière

De son vrai nom Sodah Bernadette dit « Bella Bellow », elle a marqué l’histoire de la musique africaine. Elle est née le 20 août 1945 à Tsévié, au Togo. Elle commence sa carrière musicale dans les années 1960 en tant que membre du groupe Les Sœurs Gomis ». En 1970, elle a sorti son premier album solo intitulé « La voix d’or du Togo ». Depuis lors, elle a sorti plusieurs albums acclamés par la critique, notamment « L’Indispensable » et « Africa mia ».

Bella Bellow était connue pour sa voix puissante et pour son style de musique unique qui mélangeait des éléments de la musique traditionnelle togolaise avec des influences occidentales. 

Elle a remporté de nombreux prix pour sa musique, singulièrement le prix de la meilleure artiste féminine d’Afrique de l’Ouest en 1977.

Elle est également connue pour son engagement social et humanitaire.

Bella Bellow a marqué l’histoire de la musique africaine par sa musique qui est une célébration de la culture et de l’identité africaines dont elle a inspiré de nombreux artistes africains et internationaux tout comme Tabu Ley et Tshala Mwana.

 NGK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *