Félix Tshisekedi va-t-il se libérer des turpitudes et du triomphalisme de son entourage ?

A peine que le chef de l’état Félix Tshisekedi, président réélu de la République Démocratique du Congo vient de prêter serment, le samedi 20 janvier au stade des Martyrs de la Pentecôte devant plusieurs autres chefs d’État et invités de marque, voici que la classe politique congolaise et, plus précisément les cadres de l’union sacrée, sa famille politique replonge toute la nation dans les erreurs du passé, choses décriées dans son discours d’investiture. Le peuple assiste impuissant à la création des nouvelles plateformes au sein de cette famille politique. La première en date est celle lancée avec pompe par l’actuel Ministre de l’Économie nationale Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi entouré de trois autres leaders des regroupements politiques proches de l’actuel président de la République .

Les regroupements politiques Actions des alliés et UNC, Alliance des acteurs attachés au Peuple (AAAP), Alliance bloc 50 (A/B50) et la Coalition des démocrates (CODE) respectivement de Vital Kamerhe, Tony Kanku Shiku haut représentant de l’autorité morale de l’union sacrée, Julien Paluku et Jean Lucien Busa ont annoncé, mardi 23 janvier à Kinshsaa, la création d’une nouvelle plateforme politique. Cette alliance politique est dénommée Pacte pour un Congo retrouvé, (PCR).  

A en croire ses leaders, cette nouvelle force politique a pour ambition notamment d’apporter le soutien et le renforcement, à travers les élus respectifs de chaque regroupement politique, de la majorité parlementaire durant la législature qui démarre.  

La PCR vise aussi l’accompagnement du Gouvernement qui en résultera.   

« Puisque nous sommes plus de 450 députés nationaux, plus de 700 députés provinciaux, est -ce que nous allons évoluer sans créer la cohésion au sein de l’union sacrée de la nation ? Nous disons non.  Ce que nous venons de faire, c’est un début, c’est pour renforcer la cohésion, au sein de l’Union sacrée, ramener la discipline pour que nous tous, nous sachions que désormais nous n’avons plus droit à l’erreur », a fait savoir Vital Kamerhe, président de l’UNC. 

Et d’ajouter :  

« Le Président de la République ayant reçu la légitimité à l’issue des élections à travers les urnes, il a désormais, nous l’avons vu le jour de la prestation de serment, la légitimité populaire. Nous devons donc faire en sorte que nous n’épargnons aucun effort pour que les idées du président se transforment en action pour ainsi répondre aux besoins de notre population ». 

Vital Kamerhe soutient que leur nouvelle plateforme politique n’a rien à voir avec le partage du pouvoir. 

« Nous n’avons pas parlé de partage de pouvoir. Que les esprits qui sont troublés en ce moment, se calme. C’est la cohésion, c’est la passion du Congo, c’est l’obsession d’accompagner le président de la République pour la réussite dans le pari qu’il a pris avec le peuple congolais », a-t-il soutenu.  

Pourquoi Vital Kamerhe et les autres peuvent-ils créer cette sous-composante alors que tous avaient mouillé les maillots pour faire élire Félix-Antoine Tshisekedi? S’interrogent certains esprits avertis. Pour eux, la démarche de Vital Kamerhe et ses compagnons a comme but de faire du chantage à Félix-Antoine Tshisekedi. Ils estiment qu’en créant la plateforme Pacte pour un Congo Retrouvé (PCR), Vital Kamerhe veut obtenir la Primature, à défaut, se diriger une fois de plus à l’Assemblée nationale. Après VK, des bruits ont circulé sur une probable création d’une autre plateforme politique par l’actuel premier ministre Jean Michel Jean Michel Sama Lukonde. Le mercredi, c’est Augustin Kabuya, le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) aussi cadre de l’Union sacrée qui rendra une visite au patron de l’exécutif. Réagissant à la création des plateformes par leurs partenaires de l’Union sacrée, il a déclaré : 

« Nous avons échangé autour de cette question. En ce qui me concerne, je pense que ce n’est pas un grand dossier qui peut créer des suspicions ou des divisions parmi nous ».

Des analyses des certains esprits avisés, il s’agirait bel et bien d’une fissure au sein de l’Union sacrée.

L’homme le plus malheureux dans cette affaire au goût d’une trahison n’est autre que le président réélu, lui qui n’a encore posé un seul acte par rapport à sa vision politique pour son dernier quinquennat. Pourquoi cette précipitation alors que rien n’est encore défini ? C’est la question qui ne cesse de tarauder l’esprit du congolais lambda.

Cependant, quand l’on se rappelle des turpitudes et du triomphalisme de certaines figures de l’Union sacrée et plus particulièrement de l’entourage du chef de l’état, durant son premier mandat, il y a de quoi dire que l’on n’est pas encore sorti de l’auberge de ces erreurs du passé qui nous collent à la peau avec des détournements des fonds publics en cascade. La campagne électorale fut un moment particulier où le  » très bon , très… » Tshisekedi fils avait été interpellé par ses nombreux lecteurs sur ces voleurs qui l’entouraient et dont il devrait se débarrasser. Osera t-il au moins cette fois ci d’écouter ce peuple qui lui a rendu sa confiance en se libérant des turpitudes et du triomphalisme de son entourage ?

A vous !

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *