Urgent: Les congolais attendent la déclaration de la Cenco sur le vaccin anti-Covid !

Après la déclaration de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Congo, sur les élections de 2023, les congolais attendent impatiemment la déclaration des évêques catholiques sur l’arrivée du premier lot des doses de vaccin anti-Covid en Rdc. En effet, interrogés sur la déclaration des princes de l’église, certains congolais estiment que la Cenco devrait se rappeler que l’actualité est dominée par le Covid dont le premier lot de vaccin vient d’arriver en Rdc et que le silence des évêques sur cette question serait une fuite en avant:

 » Au lieu de nous parler du couvre feu, du confinement et de l’arrivée du premier lot des doses de vaccin anti-Covid 19 qui nous concerne tous, les évêques nous renvoient déjà en 2023 pour l’organisation des élections. Ils se compromettent souvent ceux là. Ils vivent où enfin, sont -t- ils congolais ou citoyens romains? »

De la crédibilité de la Cenco

Les congolais interrogés sur la déclaration de la Conférence épiscopale nationale du Congo estiment que l’église catholique a souvent joué aux à peu près surtout quand cette institution ecclésiastique avait soutenu tout haut qu’elle avait les vrais résultats des élections de 2018 et aurait même un plan B. Toutes ces promesses n’ont jamais été réalisées: » Les congolais devraient se méfier des hommes à soutane qui soufflent le chaud et le froid. Ils bouffent dans tous les ratelliers. Soit ils ont les jeeps de Félix Tshisekedi, soit ils ont les cailloux de Mama Olive ou alors, ils courent chez Katumbi pour les billets verts, une versatilité sans précédent dans l’histoire du Congo. Quand on parle du Covid-19, ils sont déjà dans la politique de 2023 alors que ce vaccin est une question de vie ou de mort. Et quand on connaît la source de leurs subventions venant de l’occident, il y a de quoi dire que ce sont des vrais anges de lumière », souligne un catholique averti qui soutient qu’il y a à boire et à manger dans l’église catholique actuellement surtout quand l’on sait que les pecules de Rome ne suivent plus, d’où la prise en charge de l’église locale par ses fidèles mais quels fidèles, des pauvres gens.

Musema Kweli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.