Union Sacrée : Suite aux contestations des animateurs du gouvernement Suminwa, le présidium convoque une concertation

L’Union Sacrée de la Nation, la coalition au pouvoir, se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins. La formation du gouvernement, annoncée avec fanfare, a généré des tensions et des divisions au sein de ses rangs. De nombreux partis politiques membres de la coalition se sentent marginalisés, leurs poids politiques minimisés, et critiquent un traitement inégalitaire.

Le MLC, l’un des principaux partis de l’Union Sacrée, dénonce une tentative d’étouffement de son influence politique, accusant le gouvernement de ne pas lui avoir accordé la place qu’il mérite.

D’autres partis, comme le 4AC, et l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC), s’inscrivent dans cette même ligne de critique, pointant du doigt un partage des postes ministériels qui ne reflète pas la réalité de leurs forces politiques.

Le cas du ministre Bahati, dont le parti n’a obtenu que 2 postes ministériels sur 54, est souvent cité comme un exemple flagrant de ce traitement inégalitaire. L’UDPS, le parti présidentiel, est accusé d’avoir accaparé la majorité des postes avec 12 ministres directs et 21 avec l’ajout des 9 ministres du « Mosaïque UDPS ».

Face à cette situation explosive, le Présidium de l’Union Sacrée a convoqué une réunion de concertation ce vendredi 31 mai à 18h30.

Augustin KABUYA, figure clé de la coalition, a appelé à la présence de tous les responsables des regroupements politiques membres de l’Union Sacrée à l’Assemblée Nationale.

Cette rencontre s’annonce cruciale. Le sort de l’Union Sacrée, l’avenir de la coalition au pouvoir, se joue aujourd’hui. Le dialogue et la concertation sont plus que jamais nécessaires pour apaiser les tensions et rétablir la confiance au sein de la coalition. Un échec à cette réunion pourrait avoir des conséquences importantes sur la stabilité politique du pays.

L’opinion publique congolaise observe avec attention le déroulement de cette rencontre. L’avenir de la RDC est entre les mains des dirigeants politiques. Espérons qu’ils sauront faire preuve de sagesse et de responsabilité pour le bien de la nation.

Glad NGANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights