Tueries dans l’Est : la CENCO préconise la permutation effective des officiers affectés

Devant la presse ce jeudi 08 avril, le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) Donatien N’shole est revenu sur la situation sécuritaire après les massacres à répétition dans la province du Nord-Kivu en générale et la ville de Beni, en particulier.

Selon l’abbé N’shole, la situation sécuritaire dans l’Est demeure très préoccupante après la mission pastorale de la CENCO à Goma, Butembo-Beni et Bunia, du 14 au 26 janvier dernier pour écouter la population et la réconforter.

« Pour manifester notre proximité affective et effective avec nos frères et soeurs meurtris et victimes de cette tragédie, une délégation des évêques de l’Association des conférences épiscopales de l’Afrique centrale (ACEAC) et de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a effectué une mission pastorale dans l’Est du pays, notamment dans les diocèses de Goma, Butembo-Beni et Bunia, du 14 au 26 janvier 2021, pour les écouter et les réconforter », a-t-il déclaré.

Compte tenu de la gravité de la situation sécuritaire dans ce coin du pays, la CENCO préconise la permutation effective des officiers affectés dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

« Il s’avère urgent et nécessaire de déplacer tous les officiers militaires ayant évolué dans les différentes rébellions ou groupes armés dans l’Est du pays et mettre à l’écart de la chaîne du commandement et de la logistique ceux qui seraient réputés agents relais des armées étrangères », précise le secrétaire général de la CENCO.

La CENCO se dit engagée à accompagner le processus de la construction de la paix et de la cohésion sociale en vertu de sa mission pastorale et promet de travailler au niveau interne et externe, à consolider la fraternité entre peuples et communautés afin que des ennemis se tendent la main et que des adversaires acceptent de faire ensemble une partie du chemin.

Il sied de signaler qu’en ce moment les habitants de la ville de Beni se sont soulevés pour dire non aux tueries et exiger le départ de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation au Congo.

D’Jessy M’boma B/Actu7.Cd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.