Tshopo : l’indiscipline des militaires de la GR amène les magistrats civils à débrayer

Dans la province de la Tshopo. tous les magistrats civils ont décidé, depuis le vendredi 5 mars dernier, d’observer un arrêt de travail. En cause : l’absence de six militaires de la Garde républicaine (GR) à l’audience lors de la deuxième journée du procès en flagrance au tribunal de la garnison militaire de Kisangani/Tshopo, indique la Radio de la femme. Cela, bien que l’auditeur militaire de cette garnison, le lieutenant-colonel Bora Uzima, ait émis un mandat d’amener pour ces militaires par le truchement de leur commandant, ils ne se sont pas présentés devant le tribunal, fait remarquer la source. Et l’audience a été renvoyée au 12 mars prochain.

Le syndicat des magistrats s’est dit indigné et a décidé de la suspension de leurs prestations jusqu’à ce que les militaires de la Garde républicaine mis en cause soient déférés devant le juge.

Pour le secrétaire provincial de ce syndicat, les magistrats se sont mobilisés pour venir assister à ce procès et constater l’indiscipline qui caractérise ces militaires qui refusent même d’exécuter l’ordre de leur hiérarchie qui leur a demandé de se présenter devant le tribunal militaire afin de comparaitre pour des faits mis à leur charge.

Ce comportement n’est pas le premier du genre. Pour rappel, a relevé le secrétaire provincial du syndicat des magistrats, lorsque le général Kifwa était encore à Kisangani, trois magistrats ont été victimes de coups leur administrés par ses gardes du corps.
Et pour cette année 2021, l’un des premiers substituts du parquet de grande instance de Kisangani, en son cabinet, avait été victime de menaces d’un major . Le cas avait été soumis à l’auditorat. Jusqu’à présent, l’instruction continue. Curieusement, ce major a été déjà libéré. « En tout cas, nous nous sentons en insécurité », a finalement fait savoir le magistrat syndicaliste.

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.