Tshopo: FART fait de l’année 2021, une année d’espoir et d’espérance pour la Tshopo!

La Force Alternative Pour le Renouveau de la Tshopo, Fart, a organisé une journée d’échange des voeux ce dimanche 21 mars à la Paroisse Notre Dame de Fatima. Plusieurs fils et filles des tous les 8 territoires de la plus grande province de la Rdc en terme de dimension ont répondu massivement à ce rendez vous qui s’est voulu une occasion très importante pour les ressortissants de cette partie du pays de passer un temps ensembles. Après la présentation de chaque territoire dont Banalia, Bafwasende, Basoko, Isangi, Opala, Ubundu, Yahuma et Kisangani et les notables de la Tshopo.

Notables de la Tshopo

Tshopo, le paradis oublié

Dans son intervention, le porte-parole de cette nouvelle dynamique, Christian Ombilingo, a rappelé à tous les participants qu’il est plus que temps de reprendre la province qui est une mine d’or mais qui a sombré dans les anti-valeurs, le vivre ensemble à disparu pour laisser la place à l’individualisme:

 » le comportement sociétal des Tshopolaises et Tshopolais, je l’affirme sans craindre d’etre contredit, est caractérisé aujourd’hui par un ensemble de faits et d’actes qui plombent notre société, minent nos relations et gangrènent notre  » vivre ensemble ». Il s’agit entre autres de la haine, de la jalousie, de l’égoïsme, du tribalisme , du clanisme, du sectarisme ainsi que d’une foultitude de conflits et autres maux qui ont pour effet, à long terme, de niveler notre province vers le bas, de retarder son décollage vers le bas et de bloquer son développement.

Christian Ombilingo, a terminé son intervention en recommandant la lecture d’Ecclesiaste 3, 1-8. Il a demandé un éveil de conscience et d’une transformation radicale de l’homme vis-à-vis de son destin:

 » En clair, l’homme n’est pas seulement une machine de production du  » MAL », il peut tout autant produire le « Bien dès lors que sa conscience est transformée et renouvelée. Le « BIEN » , c’est l’arme qu’il fait aujourd’hui pour réhabiliter notre société Tshopolaise longtemps meurtrie, bafouée, ignorée et même laissée pour compte. L’heure n’est plus aux critiques de ce tel ou bien tel autre à fait ou n’a pas fait. Nous sommes collectivement responsables de notre passé et de notre présent ».Il a, enfin, demandé la volonté de tous et chacun pour le redressement de cette province qui a régressé.

Christian Ombilingo, Porte-parole FART

Appel à l’unité

Pour le patriarche Bernard Kasusula qui a pris la parole au nom des notables, ce dernier a loué l’initiative tout en rappelant que les filles et fils de la Tshopo ne peuvent aucunement devenir le marché pied des autres. On a, ensuite, rappelé que cette grande province fut un grenier agricole important qui a permis à certains individus de se faire de l’argent à Stanley ville comme le grec Papadopulos qui a construit l’immeuble le plus imposant de la ville de Kisangani, Congo Palace. Ce sage a fini par encourager les jeunes à l’entreprenariat qui est la clé de toute réussite. Bwa Bernard a martelé que les Tshopolais devraient s’unir pour être plus fort.

Doyen Bernard Kasusula

Cette journée d’échange des voeux s’est poursuivi par ldes echanges entre fils et filles de la Tshopo dans une ambiance bon enfant sous l’animation du groupe folklorique Kpou-Mao.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.