Tripartite Luanda : Paul Kagame refuse de rencontrer Félix Tshisekedi et ne nie pas la présence des soldats rwandais en RDC (vidéo)

Dans une récente déclaration accordée au magazine Jeune Afrique, le président du Rwanda, Paul Kagame, a clairement exprimé son refus de rencontrer son homologue congolais Félix Tshisekedi tant que ce dernier n’aura pas retiré ses propos. Kagame a critiqué la capacité de Tshisekedi à mesurer les conséquences de ses déclarations, «Tshisekedi est capable de tout, sauf de mesurer les conséquences de ce qu’il dit ».

En ce qui concerne la présence des troupes rwandaises en RDC, Kagame a évité de nier catégoriquement cette implication, laissant planer le doute sur la situation. Alors que des multiples sources accusent le Rwanda de soutenir le Mouvement du 23 mars (M23) dans la région du Nord-Kivu, Kagame a souligné que le Rwanda n’interviendrait pas sans raison valable.

Malgré les appels de l’ONU, des États-Unis, de la France et d’autres pays à retirer les troupes rwandaises de l’est de la RDC, Kagame a souligné que la région était confrontée à des défis historiques complexes liés au génocide rwandais et à la présence des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), un groupe hutu issu des génocidaires de 1994.

Pour le président rwandais,
 « certaines menaces dans l’Est de la RDC sont internes, d’autres viennent de l’extérieur. Les combattants du M23, peu importe le nom qu’on leur donne, sont une menace interne, congolaise. Cent mille membres de leur communauté (des Tutsis congolais, ndlr) sont réfugiés au Rwanda. Certains d’entre eux sont présents depuis 23 ans, mais des dizaines de familles, prises pour cible et déracinées de leur région d’origine, traversent la frontière tous les jours. Depuis les derniers combats, plus de 15.000 réfugiés sont venus ici », a-t-il déclaré.

Dans un contexte tendu où les combats persistent au Nord-Kivu, Kagame a clairement indiqué que le Rwanda agirait sans demander la permission de quiconque en cas de menace directe. 

De son côté, Félix Tshisekedi, le Président Congolais, a, au cours de la conférence de presse tenue à Kinshasa avec son homologue du Sud-Soudan Salva Kiir, critiqué ouvertement Paul Kagame, le qualifiant de perturbateur et accusant son régime de crimes dans l’Est du Congo. La visite du Président du Soudan du Sud visait 
à contribuer de manière plus active à la quête d’une résolution pacifique dans le conflit Congolo-Rwandais. 

Cette situation soulève des questions sur les relations diplomatiques entre Kinshasa et Kigali, ainsi que sur l’avenir de la stabilité dans la région des Grands Lacs africains.

NGK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *