Sport: Le stade Lumumba dans un état de délabrement très avancé

L’entrée du stade

C’est depuis plusieurs années que le stade Lumumba de Kisangani n’accueille plus des rencontres sportives suite à l’état de délabrement démesuré de ce complexe sportif, l’un des plus prestigieux du pays de Lumumba d’antan.

Tribune d’honneur abandonné

Situé entre le centre ville de l’ex Stanley ville et la commune de la Tshopo, ce stade est actuellement transformé à une tanière des reptiles et autres petites bêtes. Il est désormais entouré d’une steppe et des champs de manioc et autres plantes qui poussent paisiblement au vu et a su des autorités provinciales à l’indifférence totale des élus provinciaux très préoccupés par le pain quotidien de leurs maisonnées.

un gros chantier


La clôture de ce stade est partout parsemé des trous dans les quatre coins sans compter l’aire de jeu et le pourtour envahis par les herbes et l’eau stagnante avec la tribune d’honneur devenue un lieu réservé aux jeunes qui se donnent aux jeux de hasard à longueur de journée et d’autres qui les transforment à un lieu pour leurs besoins physiologiques.

l’aire du jeu du stade Lumumba

Une triste réalité quand on sait que 4 clubs de la ville de Kisangani sont engagés à la Linafoot et qui ne peuvent pas livrer leurs matchs dans ce stade dont les travaux de réfection lancés par l’ancien gouverneur déchu, Walle Lufungula, a du mal à reprendre. La dernière tentative de réfection remonte de l’époque des élections de 2006 où Joseph Kabila avait donné une touche de peinture pour des raisons purement électorale.

Le mur du stade parsemé des trous

Ce dernier organisa alors le derby boyomais entre l’AS Nika et TP Malekesa. Il fut le chouchou des boyomais qui le surnomèrent « Bébé Rico », allusion faite à la publicité en vogue à cette époque. L’homme fut voté par plébiscite dans la troisième ville. Après, plus rien !
Ce fut du « olio-lio  » comme disent les originaires de cette métropole : « chacun pour soit ».

Un pourtour mythique

Le championnat local et national se jouent, désormais, sur des terrains de fortune qui exposent les arbitres et joueurs à des cups de projectile venant de partout de la part des supporters. Un vrai manque à gagner au trésor public avec des dirigeants à court d’imagination.

une tanière des reptiles

Le petit terrain de l’athénée de Kisangani sert de lieu de rencontre avec tous les risques que cela représente.

Derby Boyomais Nika-Malekesa délocalisé

Il faut noter que le stade Lumumba de Kisangani reste l’unique complexe qui peut accueillir des rencontres sportives. On peut, tout de même que les travaux initiés par le prédécesseur de Sakapela avaient beaucoup avancé et ni était la volonté des décideurs politiques, ce petit bijou boyomais pouvait bien revêtir de sa belle robe d’antan.

Le stade Lumumba transformé en champ de manioc

Quand on se rappelle que plusieurs footballeurs de renom comme Mokili Saio, Senge Senge, Kendewa, Ndefu Bule, Magkoloka, Ndefubule, Litimba Kaskito, Zumbele, et autres sont passés par là sans compter les politiciens dont Mzee Laurent désiré Kabila lors de la prise de Kisangani par l’AFDL, il y a de quoi dire que cette ville est vraiment une ville « martyre » , sans intellectuels, sans leaders.

Peut être qu’un non originaire pourrait faire meix et qui dit mieux?

Cerise Mtoro/Kisangani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights