Soeur Rita Almici: » Les photos qui ont circulé sur l’assassinat de Luca Attanasio rappellent celles du Christ que l’on descend de la croix »!

Alors qu’elle était en pleine exposition des livres comme savent le faire les pionnières de ce domaine en République Démocratique du Congo, les Filles de St Paul, la soeur Rita Almici, d’origine italienne et qui a fait du Congo Kinshasa son deuxième pays par adoption, s’est volontiers confiée à la rédaction de Sphynxrdc.com, le jeudi 25 mars dernier. Elle n’a pas caché sa douleur à la question de savoir comment elle avait reçu la nouvelle de la mort du jeune diplomate italien, Luca Attanasio, assassiné atrocement à l’Est du pays. Pour elle, c’est une grande perte, non seulement, pour son pays d’origine, mains aussi, pour les congolais qu’il a tant servi. La soeur Rita se souvient d’un homme très serviable, courtois et prêt à descendre sur le terrain pour venir en aide aux plus nécessiteux:

« Je le connaissais personnellement. C’était un homme de relations. C’était un homme magnifique qui a aidé beaucoup des gents. Un homme qui faisait seulement le bien. Il nous a aidé aussi dans notre mission apostolique dans les écoles. Non seulement, il faisait la promotion, mais il venait avec nous dans les écoles. Il a beaucoup aider les enfants de la rue, les vieillards, lui même y allait pou aider. Il y a même une photo où on le voit donner à manger à un vieillard« .

Cette religieuse qui vit au Congo depuis 43 ans déclare qu’après un mois, elle garde encore la blessure dans son coeur: « Malgré que j’ai confiance au Seigneur ,mais je me dis toujours mais pourquoi lui? Il pouvait encore rester non? Quand je parle de lui, j’ai encore l’émotion ».

La soeur Rita Almici en pleine exposition

Un ambassadeur pas comme les autres

La soeur Rita soutient qu’il connaissait bien la famille de l’illustre disparu , son épouse et ses trois filles dont les jumelles de deux ans et demi et l’aîné de trois ans et demi. Une famille qu’elle a eu le temps de côtoyer grâce à l’hospitalité du jeune diplomate qui laissait toujours la porte de sa résidence ouverte contrairement à ses prédécesseurs que l’on ne pouvait pas approcher:

« Quand il est venu ici en tant qu’ambassadeur, il nous invité à sa résidence, je vois là un jeune homme avec sa femme avec des petites filles et moi j’ai dit c’est ça l’ambassadeur? Il était tellement jeune. Je me souviens lui avoir dit que nous n’avons jamais eu un ambassadeur comme toi. Sa résidence était devenue notre maison. Et comment il est mort? Les photos qui sont publiées c’est comme le Christ, quand on le voit dans la camionnette là, c’est comme le Christ que l’on descend de la croix« 

Comme Jésus que l’on descend de la croix

La nouvelle de l’assassinat du jeune diplomate italien de 43 ans le 23 février près de Goma dans l’Est de la Rdc avait bouleversé le monde. Le ministre des Affaires étrangères de l’Italie, Luigi Di Maio, n’avait pas tardé à réagir:

« Aujourd’hui, l’Italie pleure la perte de deux de ses fils et embrasse la famille leurs familles. Tous les efforts seront faits pour faire la lumière sur ce qui s’est passé ». Depuis un temps, c’est presque un silence radio. Certains médias ont accusé le jeune ambassadeur de trafiquant des minerais qui se serait retrouvé dans cette zone rouge sans l’aval des autorités de Kinshasa.

Avec le témoignage de la soeur Rita Almici, on peut bien conclure que Luca Attanasio est mort comme un martyr de la guerre à l’Est.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.